2 min de lecture Syndicats

Réforme des retraites : à quoi servira la conférence sur le financement ?

ÉCLAIRAGE - À peine confirmée par l'exécutif, la "conférence sur l'équilibre et le financement des retraites" doit être organisée rapidement pour résoudre d'ici fin avril une équation complexe, avec des options limitées et un "âge d'équilibre" en suspens.

Edouard Philippe (illustration)
Edouard Philippe (illustration) Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

La conférence sur le financement des retraites qui devrait débuter d'ici la fin du mois va devoir proposer rapidement des solutions en mettant d'accord syndicats et fédérations patronales. Édouard Philippe a proposé que cette conférence "réunisse les partenaires sociaux qui participeront à la gouvernance" du futur "système universel" de retraite.

Une formule qui semble désigner a minima les cinq organisations syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC) et les trois fédérations patronales (Medef, CPME, U2P) représentatives au niveau national. L'Unsa et la FNSEA qui ont pris part aux concertations depuis la genèse de la réforme, voire Solidaires et la FSU, qui ont déploré en avoir été tenues à l'écart sont susceptibles de les rejoindre.

Seul le leader de la CGT, Philippe Martinez, a exprimé un "point de vue personnel" laissant planer le doute sur sa participation.

Sous l'égide d'un ancien directeur de l'Agirc-Arrco (la caisse complémentaire des salariés du privé), Jean-Jacques Marette, rompu au dialogue social, les discussions devraient débuter fin janvier, pour se conclure "d'ici la fin du mois d'avril", selon le souhait du Premier ministre.

Quelles pistes sur la table ?

À lire aussi
Contre la réforme des retraites, les manifestants se sont munis de pancartes pour exprimer leur colère, jeudi 5 décembre à Paris. réforme des retraites
Retraites : le risque d'une réforme "perdant-perdant" pour tous, estime Bost

Le gouvernement privilégie la création d'un "âge d'équilibre" à 64 ans, avec un malus pour ceux qui partiraient plus tôt et un bonus pour ceux qui prolongeraient leur carrière au-delà. Un scénario censé permettre 12 milliards d'euros d'économies à terme et qui a le soutien du patronat.

Mais les syndicats y sont opposés et mettent en avant d'autres solutions, à commencer par des hausses de cotisations pour les employeurs ou les hauts revenus (au-dessus de 10.000 euros brut par mois).

Problème : le Premier ministre a d'emblée écarté toute "hausse du coût du travail" afin de "garantir la compétitivité de notre économie". Ce qui sous-entend que d'autres prélèvements devraient diminuer en compensation. Pas question non plus d'une "baisse des pensions", pour "préserver le pouvoir d'achat des retraités".

Deux veto qui rendent l'équation plus complexe, mais pas insoluble: un recours au Fonds de réserve des retraites (FRR), suggéré par l'Unsa, pourrait combler une partie du déficit attendu.

Autre solution avancée par l'Unsa : quand le "trou de la Sécu" aura été remboursé, en 2024, près de 20 milliards de recettes fiscales (CSG et CRDS) seront disponibles et une partie pourrait être réorientée vers les retraites.

Que devient l'âge pivot ?

Il ne disparaît pas du texte, puisque "le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d'équilibre", a prévenu le Premier ministre.

En revanche, "la mesure de court terme consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027" sera gommée de l'article 56 bis du texte transmis au Conseil d'État et aux caisses de sécurité sociale.

À la place, le gouvernement inscrira "une habilitation large lui permettant de prendre par ordonnance toute mesure permettant d'assurer l'équilibre du système de retraite à l'horizon 2027".

Si un compromis se dégage d'ici fin avril, un amendement "transcrivant cet accord dans la loi" sera introduit "lors de la seconde lecture" au Parlement. Dans le cas contraire, Édouard Philippe a prévenu qu'une fois "éclairé par les travaux de la conférence", il prendrait "les mesures nécessaires".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syndicats Réforme des retraites Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants