2 min de lecture Réforme des retraites

Âge pivot : un retrait provisoire extrêmement encadré, explique François Lenglet

ÉDITO - Les partenaires sociaux sont dans l'obligation de trouver une solution pour équilibrer financièrement le régime des retraites d'ici avril 2020, faute de quoi l'âge pivot sera réinstauré.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Lenglet-Co du 13 janvier 2020 Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Chloé Richard-Le Bris

Le Premier ministre a confirmé le retrait provisoire de l'âge pivot, cette mesure controversée qui aurait retardé l'âge de départ à la retraite des Français. Une concession indubitable de la part du gouvernement et non pas un recul. 

En contrepartie, l'exécutif obtient que les syndicats dits "réformistes", principalement la CFDT et l'Unsa, s'approprient l'objectif d'équilibrer financièrement le régime des retraites. Autrement dit, le principe de l'équilibre financier est acté et ses modalités sont à discuter : chacun fait un pas, et c'est un vrai compromis.

La fameuse conférence va se réunir à partir de la fin janvier avec les syndicats qui le souhaitent et le patronat. Aux partenaires sociaux s'ajouteront des représentants de l'État, une personnalité désignée par la Cour des comptes et Jean-Jacques Marette présidera la conférence. Il a été le directeur général de l'Agirc-Arrco, la caisse de retraite complémentaire du secteur privé, autant dire qu'il connaît son sujet.

L'ordre de mission de cette conférence est clair : trouver du pognon, trouver des recettes de 12 milliards d'euros pour combler le trou estimé du système de retraites à la date de 2027. Il s'agit de trouver cet argent ou bien choisir les mesures qui rapporteront cette somme avant avril 2020.

Une concession du gouvernement assortie d'une obligation de résultat

À lire aussi
Manifestation contre la réforme des retraites réforme des retraites
Réforme des retraites : les opposants veulent maintenir la pression sur l'exécutif

L'exercice reste extrêmement cadré, c'est pour cela qu'on ne peut pas parler d'un recul du gouvernement. Il a assorti sa concession d'une obligation de résultat pour les partenaires sociaux, faute de quoi l'âge pivot serait réintroduit et mis en place. Il faut ajouter que, dans sa lettre de mission, le Premier ministre indique que les moyens choisis ne pourront aboutir ni à une baisse des pensions, les syndicats n'en avaient aucunement l'intention, ni à une hausse du coût du travail, c'est-à-dire une augmentation des cotisations des employeurs. Les bornes précises ont été installées.

Quant au déficit de 12 milliards, ce chiffre est issu du COR (Conseil d'orientation des retraites). Cet organisme a dit tout et son contraire... à sa décharge. L'évaluation du solde financier d'un régime de retraite, c'est très compliqué parce que les déterminants sont nombreux : la démographie, le taux de chômage, la croissance économique du pays....Il faut donc faire des prévisions sur tout cela. Et à ça, il faut rajouter le coût de la réforme elle-même. Par exemple, le coût de la retraite à minimum 1.000 euros. Une étude d'impact est en cours, elle devrait être publiée avant le début de l'examen du texte à l'Assemblée nationale, vendredi 24 janvier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme des retraites Premier ministre Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants