1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Quatennens, Bayou, Coquerel... Est-ce l'heure du #MeToo politique français ?
2 min de lecture

Quatennens, Bayou, Coquerel... Est-ce l'heure du #MeToo politique français ?

PODCAST - Dans cet épisode de "Focus", Marion Calais s'intéresse aux accusations de violences sexistes et sexuelles qui ne finissent plus de secouer le monde politique avec Olivier Bost, chef du service politique de RTL, et Marie-Bénédicte Allaire, journaliste politique à RTL.

Les leaders du Nupes : Julien Bayou, Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens assistent au lancement du Parlement de la coalition électorale de gauche Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, à Paris le 30 mai 2022
Les leaders du Nupes : Julien Bayou, Jean-Luc Mélenchon et Adrien Quatennens assistent au lancement du Parlement de la coalition électorale de gauche Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale, à Paris le 30 mai 2022
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
201. Quatennens, Bayou, Coquerel... L'heure du #MeToo politique ?
00:16:36
Marion Calais & Agathe Abelard - édité par Agathe Abelard

Le sujet du jour. Julien Bayou, Adrien Quatennens, Éric Coquerel ou encore Damien Abad.
Les accusations de violences sexistes et sexuelles ne cessent de secouer le monde politique, et plus particulièrement La France insoumise.

Le parti qui avait vanté ses mérites d'avoir créé en son sein une commission des affaires de violences faîtes aux femmes, se retrouve à devoir évincer des hommes dont on avait bâti grand espoir. À commencer par Adrien Quatennens qui, pressenti comme digne successeur de Jean-Luc Mélenchon, a reconnu avoir eu un comportement violent envers sa femme avant de s'écarter de sa fonction de coordinateur de la France Insoumise. 

Une transparence saluée par le parti d'extrême gauche qui a suscité l'indignation de ses alliés. Taha Bouhafs, qui devait porter les couleurs de la Nupes aux législatives, a été accusé de violences sexuelles.L’Insoumis Éric Coquerel, président de la commission des finances de l’Assemblée, est accusé de harcèlement. L’un écarté, l’autre toujours en poste. Ces décisions reflètent l'incertitude, un flou autour du traitement des dossiers relayant des accusation d'harcèlements et de violences sexistes et sexuelles. 

Depuis ces dernières années, ces révélations s'accumulent et émaillent le milieu politique, alimentant diverses questions. La gauche est-elle finalement au cœur d'un cyclone propre à un mouvement sociétal ou bien annonce la venue d'un #MeToo politique français ? 

À lire aussi

Pourquoi on en parle ?  Est-ce l’heure du #MeToo politique ou simplement le reflet d’un mouvement plus sociétal ? Comment un parti traite des violences sexistes et sexuelles ? 

Citation. "Il y a de l'embarras parce que les partis de gauche se veulent exemplaires sur les violences faites aux femmes. Et on s'aperçoit que quand cela touche des membres de ces partis, la réponse n'est pas évidente. Parce qu'il y a le facteur humain. Parce qu'ils sont pris par prendre une décision rapide et ne pas bafouer la présomption d'innocence. On l'a vu dans l'affaire Taha Bouhafs", explique Marie-Bénédicte Allaire, journaliste politique à RTL.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Focus est un podcast d'actualité quotidien. Du lundi au vendredi, RTL prend un peu de temps, un peu de champ, pour mieux comprendre ce qui se passe autour de nous, mieux comprendre notre époque, grâce aux reporters, correspondants et experts de RTL.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.