1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Qu'est-ce que la polémique McKinsey, qui entache la campagne de Macron ?
2 min de lecture

Qu'est-ce que la polémique McKinsey, qui entache la campagne de Macron ?

DECRYPTAGE - L'Etat a déboursé des millions d'euros pour s'offrir les conseils du cabinet McKinsey, alors que celui-ci n'a pas payé d'impôts en France pendant presque 10 ans selon un rapport du Sénat. Emmanuel Macron s'est justifié.

Le logo du cabinet de conseil McKinsey (Illustration)
Le logo du cabinet de conseil McKinsey (Illustration)
Crédit : DYCJ / IMAGINECHINA / IMAGINECHINA VIA AFP
Cassandre Jeannin

"Que ça aille au pénal !" C'est par cette phrase qu'Emmanuel Macron a répondu à ceux qui l'accusent d'avoir multiplié les contrats avec des groupes privés de conseil depuis son arrivée au pouvoir. Les dépenses du gouvernement en la matière ont doublé depuis 2018, atteignant un record de plus d'un milliard d'euros en 2021. Parmi ces cabinets pour lesquels l'Etat a dépensé des sommes colossales figure McKinsey, récemment épinglé par le Sénat de ne pas avoir payé d'impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020. 

Nicolas Dupont-Aignan a fustigé ce mardi 29 mars sur RTL des conflits d'intérêts : "McKinsey, qui a reçu des millions d’euros, qui ne paye pas d’impôts en plus en France, était conseiller de Pfizer, c’est le conflit d’intérêts au sommet." Les Insoumis, eux, évoquent un "scandale d'Etat". Alors comment justifier ces sommes pharaoniques et le choix de McKinsey ? 

Emmanuel Macron l'assure : lorsque des ministères sont "jour et nuit au travail", "qu'ils demandent des prestataires extérieurs pour les aider ne me choque pas". "On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux (...) Aucun contrat n'est passé dans la République sans qu'il respecte la règle des marchés publics" et "que quiconque a la preuve qu'il y a manipulation mette le contrat en cause au pénal", a poursuivi le chef de l'Etat sur France 3 dimanche 27 mars. 

75. Présidentielle 2022 : "l'affaire McKinsey", une nouvelle épine dans la campagne de Macron ?
Focus
Découvrir l'émission

Des procédures en justice engagées

Sur les soupçons de fraude fiscale, Emmanuel Macron a estimé que cela s'expliquait par les règles fiscales en vigueur ajoutant s'être "battu" pour instaurer un impôt minimal sur les grandes entreprises qui entrera en vigueur dans les prochains mois. 

À lire aussi

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, invité du Grand Jury sur RTL, avait également indiqué : "Nous allons nous assurer que McKinsey paie les impôts qu'il doit à la France, comme toutes les entreprises", précisant que "toutes les procédures sont déjà engagées par la Direction générale des finances publiques". 

Vendredi 25 mars, les sénateurs ont saisi la justice pour "suspicion de faux témoignage" contre un dirigeant de McKinsey. De son côté, le cabinet de conseil a assuré respecter "l'ensemble des règles fiscales et sociales françaises applicables" et dit avoir payé l'impôt sur les sociétés "les années où le cabinet a réalisé des bénéfices en France".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/