1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Proportionnelle : l'initiative de François Bayrou ne semble pas convaincre
2 min de lecture

Proportionnelle : l'initiative de François Bayrou ne semble pas convaincre

ÉDITO - L’élection des députés à la proportionnelle, réclamée par François Bayrou, semble s’éloigner. Coulisses et décryptage d'une initiative qui ne fait pas consensus.

François Bayrou
François Bayrou
Crédit : M6
Proportionnelle : l'initiative de François Bayrou ne semble pas convaincre
02:44
Proportionnelle : l'initiative de François Bayrou ne semble pas convaincre
02:44
Olivier Bost - édité par Cassandre Jeannin

La scène date d'hier matin, lundi 15 février, dans laquelle un responsable de la majorité parle à Emmanuel Macron de la proportionnelle, de ses réserves sur cette idée poussée ces derniers temps par François Bayrou. À aucun moment Emmanuel Macron ne l’interrompt ou ne le contredit. Le chef de l’État laisse dire.

Les conseillers du président le confient sans problème, "le dossier n’est pas en haut de la pile", "si le sujet prend, il le laissera aller jusqu’au bout." Mais les grands pontes de la majorité constatent déjà que ce n’est pas le cas, que François Bayrou n’a pas fait le plein.
Son initiative n’a pas créé d’élan ni de débat.

Les Républicains, les socialistes et les députés En Marche ne sont pas particulièrement partants. Même Marine Le Pen, pourtant très intéressée, n’y met pas beaucoup d’énergie.
Autrement dit, il n’y pas de consensusEmmanuel Macron n’est pas chaud et ça a refroidi tout le monde autour de lui.

Donc pas de proportionnelle ?

C’est la dernière tendance, colportée par un peu près tous les responsables d’En Marche, qu’ils soient au parti ou à l’assemblée. Plusieurs arguments sont avancés. Les Français n’ont pas la tête à ça en pleine crise sanitaire. Ce n’est pas faux. Mais ont-ils la tête au séparatisme, à la PMA, ou mieux à la loi 4D ? La loi 4D est une loi de décentralisation. Jean Castex a annoncé ce week-end qu’il la mènerait à bien.

À lire aussi

Autre argument pour ne pas faire la proportionnelle maintenant : ça ferait tripatouillage électoral. Là encore, ce n’est pas faux. C’est toujours mieux de changer des règles de vote au lendemain d’une élection, pas un an avant.

Dernier argument contre la proportionnelle : le président risquerait de ne pas avoir de majorité. Ce n’est pas faux mais c’est exactement ce qu’il ne faut pas dire à ses équipes avant un combat électoral.

Donc, cette affaire est mal emmanchée. Probablement nous serons vite fixé, dans les jours qui viennent, une ou deux semaines tout au plus.

Comment gérer l’échec de l’initiative de François Bayrou ?

Comment traiter le président du Modem ? Certains autour d’Emmanuel Macron ont déjà une solution. Il faut faire selon eux de la proportionnelle, et plus largement de la réforme de nos institutions un peu fatiguée, un thème de campagne pour 2022, travailler les futurs engagements du candidat Macron.

Cet argument, cette pirouette, renvoyer à la présidentielle et à un second mandat ce qui n’a pas été fait, vous allez voir que nous allons l’entendre de plus en plus souvent… Et pas seulement pour la proportionnelle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/