1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : il y aura "un seul candidat" pour la droite, insiste Larcher
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : il y aura "un seul candidat" pour la droite, insiste Larcher

INVITÉ RTL - Le président du Sénat a assuré que son parti, Les Républicains, trancherait d'ici la fin septembre entre l'organisation d'une primaire ou la désignation d'un candidat.

Gérard Larcher est l'invité d'Alba Ventura
Gérard Larcher est l'invité d'Alba Ventura
Crédit : RTL
Gérard Larcher s'est prononcé en faveur de la vaccination obligatoire pour tous "si nécessaire"
12:52
Gérard Larcher était l'invité de RTL du 15 juillet 2021
12:51
Benjamin Sportouch - édité par Victor Goury-Laffont

Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse : trois présidents de régions, largement réélus lors des scrutins de juin 2021, et qui ambitionneraient de se présenter à l'élection présidentielle. Le premier a déjà fait connaître ses intentions à de nombreuses reprises et indiqué qu'il ne souhaitait pas participer à une primaire. Les deux autres, à l'inverse, ont lancé un appel dans Le Figaro pour l'organisation d'une "primaire ouverte de la droite et du centre".

Dans ce contexte de désaccord, Gérard Larcher recevra les candidats potentiels de 2022 le mardi 20 juillet, comme il l'a confirmé au micro de RTL. "La victoire de la droite et du centre aux régionales (la droite a remporté 7 des 13 régions métropolitaines, ndlr) nous oblige", a assuré le président du Sénat, qui voit "la possibilité d'écrire un autre scénario qu'un second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron".

Le Sénateur voit cependant une condition indispensable pour un tel succès : "il faut un seul candidat" pour la droite. Un obstacle qui n'effraie pas Gérard Larcher, qui assure que "dans la diversité de ses candidatures il y a la possibilité d'avoir un sens de l'intérêt général". 

"Xavier Bertrand est aujourd'hui en tête dans les enquêtes d'opinion, mais il n'est pas encore partagé qu'il soit le candidat qui s'impose", a-t-il conclu, assurant qu'une décision serait prise fin septembre pour savoir si une primaire sera organisée ou si un candidat sera immédiatement désigné.

À lire aussi

Gérard Larcher a par ailleurs minimisé l'importance d'une éventuelle candidature à la présidentielle d'Eric Zemmour : "Chacun peut être candidat, encore faut-il avoir les parrainages. On verra". Il n'a pas souhaité classer le polémiste, condamné à deux reprises pour "provocation à la haine", à l'extrême-droite de l'échiquier politique, estimant que "ce qu'il exprime est ressenti par une partie des Françaises et des Français".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/