1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment Emmanuel Macron pose les jalons de sa campagne
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment Emmanuel Macron pose les jalons de sa campagne

DÉCRYPTAGE - Après avoir fait de la réforme des retraites l'un des enjeux de la présidentielle de 2022, le chef de l'État a remotivé les parlementaires de la majorité à neuf mois de la fin de son quinquennat.

Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021
Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021
Crédit : Ludovic MARIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Un jeu d'équilibriste. Lors de son allocution, Emmanuel Macron a slalomé entre les mesures sanitaires et les annonces économiques. La vaccination obligatoire des soignants, le passe sanitaire étendu et le déremboursement des tests PCR dès octobre ont presque fait oublier la deuxième partie de la prise de parole du président de la République

Et pourtant cette dernière est tout aussi importante car elle dessine la stratégie prise par le chef de l'État pour l'élection présidentielle de 2022Emmanuel Macron a centré une partie de ses déclarations sur l'économie. Le président de la République a ainsi annoncé une prévision de croissance pour le pays qui s'établit à 6% en 2021

Un pourcentage qui est le résultat de la stratégie du "quoi qu'il en coûte", a précisé le chef de l'État. Cela "nous a permis de protéger nos entreprises, nos emplois", mais aussi de "préserver le pouvoir d'achat de nombre de Français et est à l'origine d'un vigoureux rebond" de la croissance, a-t-il ajouté. 

La réforme des retraites, à nouveau au programme ?

La réforme des retraites, sujet hautement inflammable, a fait son retour dans le discours d'Emmanuel Macron. Elle sera "engagée dès les conditions sanitaires seront réunies". Il a aussi demandé au gouvernement de "travailler avec les partenaires sociaux sur ce sujet à la rentrée". Le chef de l'État en a fait l'un des axes de la campagne de 2022. Et pour cause, le candidat La France insoumise à la présidentielle Jean-luc Mélenchon a déclaré que "la bataille des retraites reprend". Il a appelé à "une grande coalition" réunissant partis et syndicats" se forme "pour l'empêcher de nuire". 

À lire aussi

Pour Damien Abad, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée, "l'élan réformateur" d'Emmanuel Macron "s'est arrêté". "Aujourd'hui le 'en même temps' c'est l'impuissance et l'immobilisme", a-t-il ajouté.

Pour le socialiste Boris Vallaud, on a "d'un côté un président, de l'autre un candidat" et "c'est la réforme pour la réforme", en faisant référence à la réforme des retraites et celle de l'assurance chômage. Le patron des députés communistes, André Chassaigne, a quant à lui déploré le choix d'Emmanuel Macron de "mêler volontairement les décisions concernant la crise sanitaire et le début de sa campagne présidentielle". Au vue du contexte sanitaire il était "déplacé" de la part d'Emmanuel Macron "d'en profiter pour caser des mesures de casse sociale", sur les retraites ou l'assurance chômage en particulier, a-t-il estimé. 

"Consolider le socle" et reprendre le porte-à-porte

L'allocution n'est pas le seul indice sur la stratégie d'Emmanuel Macron pour les neuf prochains mois. Dans la foulée de sa prise de parole qui n'a pas été faite à l'Élysée, le président a réuni les parlementaires de la majorité. Un participant rapporte aux Échos que le chef de l'État "s'est mis dans une position beaucoup plus claire de candidat, sans le dire explicitement". 

La députée LaREM de Paris Anne-Christine Lang a quant à elle partagé une séquence vidéo sur Twitter, repérée par LCI, où on entend Emmanuel Macron dire aux parlementaires : "On y va à fond". Un exercice de remotivation des troupes durant lequel, le président a aussi déclaré : "On sait résister aux crises collectivement (...) On se s’est pas renié durant ces crises (...) Vous n’avez jamais cesser de bosser et de réformer et délivrer un projet. Je pense que ça, c’est très important et c’est ce qu’il faut expliquer à nos concitoyens".

Autre signe d'une campagne présidentielle imminente : le retour du classique porte-à-porte. La majorité est appelée à "reprendre le porte-à-porte, car c'est notre marque de fabrique", a estimé Emmanuel Macron comme le rapporte LCI. Les remontées de terrain permettront "à la fin de l'automne (...) de se projeter et proposer". Vers un programme ? En attendant, Emmanuel Macron a jugé que "le risque des sortants est de penser qu'on fait campagne sur un bilan. Le socle, c'est maintenant qu'on le consolide", rapporte Le Figaro.

Cinq ans jour pour jour après le discours de la Mutualité où celui qui était encore ministre de l'Économie avait levé le voile sur ses ambitions présidentielles, Emmanuel Macron a donné des consignes claires sur les grandes lignes de sa campagne pour 2022.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/