1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment fonctionnent les sondages ?
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment fonctionnent les sondages ?

S'ils s'additionnent depuis plusieurs semaines, le mode opératoire des sondages est peu connu. Entre questions biaisées, panels non-représentatifs et résultats faussés : voici la réelle méthodologie utilisée.

Les candidats à la présidentielle à gauche de l'échiquier politique (Image d'illustration).
Les candidats à la présidentielle à gauche de l'échiquier politique (Image d'illustration).
Crédit : Patricia Huchot-Boissier / Hans Lucas via AFP
Lison Bourgeois

"Je ne reconnais absolument pas le thermomètre aujourd’hui qu’on nous impose tous les jours, cette course de petits chevaux et ce TripAdvisor de la politique". Sur le plateau de C à vous ce mercredi 9 février, Anne Hidalgo se plaint du poids des sondages. Ce n'est pas la première fois que ce sujet revient sur le devant de la scène. 

Une telle hostilité nous amène à nous questionner sur la méthodologie utilisée par les instituts de sondage pour tenter de faire des prévisions. Depuis une dizaine d'année, la très grande majorité des enquêtes d'opinions se passe sur Interne.

Pour Thomas Vitiello, docteur en science politique, la réalisation des sondages sur internet pose un problème puisque "entre les citoyens qui n'ont pas Internet et ceux qui n'en sont pas coutumiers, les panels excluent 40% de la population".

Il faut aussi noter que les intentions de vote recueillies sont celles des personnes qui se déclarent certaines d'aller voter. Sauf qu'un nombre non-négligeable de personnes qui se disaient sûres d'aller glisser un bulletin dans l'urne ne se sont pas déplacées.

Comment passe-t-on du sondage au constat ?

À écouter aussi

Si la méthodologie des sondages a été largement critiquée, ces derniers sont massivement utilisés. En effet, ils permettent de généraliser, ou non, une tendance. Il suffit simplement de "ne pas croire ce résultat aveuglement" soutient Thomas Vitiello, docteur en science politique au Cevipof. En réalité, un sondage correspond à une photographie de l'électorat à un instant T, sans pour autant en décrire l'exact réalité.

Pour lire correctement un résultat de sondage, Thomas Vitiello évoque l'importance de la marge d'erreur à la rédaction de RTL. Celle-ci s'élève à 2% en moyenne. "Un candidat qui gagne 1% d'intention de vote en une semaine, ça ne veut absolument rien dire. C'est une hausse ou une baisse comprise dans la marge d'erreur", soutient Thomas Vitiello. 

1% d'intention de vote en une semaine, ça ne veut absolument rien dire

Thomas Vitiello, docteur en science politique au Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Les résultats sont ensuite vérifiés par la Commission des sondages, qui est chargée de veiller à la justesse des chiffres répertoriés. Les résultats sont aussi équilibrés en fonction du vote réalisé aux dernières élections par les personnes sondées.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

<