1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : la possible candidature d'Éric Zemmour divise Les Républicains
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : la possible candidature d'Éric Zemmour divise Les Républicains

DÉCRYPTAGE - Faut-il débattre ou non avec Éric Zemmour ? La ligne de conduite à adopter face au polémiste scinde Les Républicains en deux.

Christian Jacob, le 6 juillet 2021
Christian Jacob, le 6 juillet 2021
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad

Pas encore candidat, mais déjà considéré comme un obstacle. Chez Les Républicains, le cas Zemmour inquiète. Ce sujet qui était encore tabou il y a quelques semaines est devenu une question centrale dans les discussions chez les dirigeants de la droite. Ira-t-il jusqu'au bout de sa candidature ? Quel sera son programme ? Peut-il prendre des électeurs aux Républicains ? Faut-il débattre avec lui ?

La somme de ces questions est à la hauteur des craintes partagées par plusieurs élus. Ainsi, Les Républicains sont traversés par deux lignes qui s'opposent. "Faut-il intégrer Éric Zemmour dans notre logiciel et parler à son électorat ou se positionner contre le polémiste ?", résume un ténor de la droite.

Un dilemme quasi cornélien. Ce débat vient accentuer davantage la faille au sein des Républicains, déjà tiraillés entre les différents soutiens des candidats à la présidence de la République.

Débattre avec Zemmour ou le maintenir à l'écart ?

Damien Abad a été le premier à lancer l'idée : organiser un débat face à Éric Zemmour. "J'entends ici ou là qu'Éric Zemmour aurait des convictions en partage avec la droite républicaine. Je l'invite à s'y confronter en débattant ensemble", a-t-il proposé dans un courrier le 29 septembre."Si Éric Zemmour se rêve en tsunami populiste, Les Républicains seront une digue infranchissable. La France n'a rien à voir avec le pétainisme ou l'extrême droite", a-t-il ajouté. Selon le député LR de l'Ain, "les Français ont droit à un débat éclairé pour comprendre ce qui différencie la droite républicaine d'Éric Zemmour".  

À écouter aussi

La proposition de Damien Abad n'a pas fait l'unanimité au sein de sa famille politique. Le maire LR du Touquet Daniel Fasquelle est monté au créneau sur Franceinfo. "Il faut aujourd'hui dresser un cordon sanitaire" autour du polémiste. "Les propos d'Éric Zemmour sont ceux de Jean-Marie Le Pen il y a quelques années, affirme-t-il. C'est un homme d'extrême droite qui va bientôt faire passer Jean-Marie Le Pen pour un modéré". Les Républicains n'ont "rien à voir avec cet individu", conclut-il.

Jacob sur les deux lignes ?

Reste à Christian Jacob de trancher la ligne à adopter. Éric Zemmour "n'est pas de notre famille politique", a-t-il répété à plusieurs reprises. Mais le président du parti assure que "non", le polémiste n'était ni raciste, ni d'extrême droite. Il est soutenu sur ce point par Éric Ciotti. "Il dresse un constat que partagent beaucoup de Français", estime le candidat au congrès LR. Une déclaration qui rappelle celle tenue lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI"Je voterai Éric Zemmour, très clairement, face à Emmanuel Macron".

Ces deux lignes permettent à la majorité présidentielle d'avoir un nouvel angle d'attaque contre Les Républicains. Dernier en date : François Bayrou. Le président du MoDem a dénoncé les propos de Christian Jacob sur BFMTV. "Je croyais vaguement que ce parti des Républicains, que je connais bien et dont je connais beaucoup de membres que j'estime, (...) était vaguement gaulliste" , a-t-il indiqué. Selon lui, le président du parti "trahit lui-même l'héritage" du gaullisme.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/