1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Castex, Bayrou et Philippe attaquent Le Pen, chacun avec un angle différent
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Castex, Bayrou et Philippe attaquent Le Pen, chacun avec un angle différent

Les ténors macronistes montent au créneau pour défendre leur candidat mais surtout pointer le risque de l'élection de Marine Le Pen.

Jean Castex lors d'une conférence de presse, le 27 décembre 2021
Jean Castex lors d'une conférence de presse, le 27 décembre 2021
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Un front anti-Le Pen. Jean Castex, Edouard Philippe et François Bayrou déploient leurs dernières cartouches dans la bataille. A 24 heures du débat de l'entre-deux-tours, Emmanuel Macron et Marine Le Pen peaufinent leurs arguments avec des méthodes bien différentes. Quant à leurs entourages, ils continuent de se livrer une féroce bataille dans les médias. 

Macronistes de premier rang, Jean Castex, Edouard Philippe et François Bayrou ont pris la tête de la colonne : ils attaquent tous les trois Marine Le Pen et chacun a choisi un angle bien défini. Jean Castex rappelle le risque de la diabolisation lié à la possible élection de Marine Le Pen.

Jean Castex et le risque du "match plié"

Sur France inter ce mardi 19 avril, Jean Castex estime que "le programme de madame Le Pen est extrêmement difficile à suivre, ça change tous les jours". Le chef du gouvernement met en garde contre l'idée d'un second tour déjà joué. "Je suis extrêmement mobilisé. En écoutant autour de moi, je pense que rien n'est joué qu'il ne faudrait pas tirer des chiffres (des sondages, ndlr) que le match est plié. Il ne l'est pas", a-t-il prévenu. 

Le premier ministre prend ainsi ses distances avec les estimations annoncées dans les sondages. Il ne souhaite pas ainsi faire preuve d'excès de confiance, tout en continuant à marteler le risque que représenterait Marine Le Pen à la tête du pays. Jean Castex a aussi déclaré que "Madame Le Pen n'a jamais rien gouverné. Nous avons géré ce magnifique pays qu'est la France, un pays qui aime contester l'exercice du pouvoir. Bien sûr que nous prenons notre part. Mais le pire est toujours possible. Les Le Pen restent les Le Pen. La politique de Marine Le Pen serait dramatique pour notre pays".

À lire aussi

Dans L'Opinion, Jean Castex a indiqué qu'en cas de victoire de la candidate Rassemblement national, il n’exclut pas de rester à Matignon jusqu’aux élections législatives.

Edouard Philippe et "l'irresponsabilité" de Jean-Luc Mélenchon

Edouard Philippe, lui, se concentre sur Jean-Luc Mélenchon. Dans un entretien au Figaro, l'ancien premier ministre assure, comme Jean Castex, que "rien" ne lui "paraît joué car beaucoup d'inconnues pèsent sur le scrutin, à commencer par l'abstention". Le maire du Havre pointe surtout la responsabilité du chef de file des Insoumis. "Renvoyer dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron, c’est irresponsable. Tout comme envoyer la consigne 'pas une voix à Marine Le Pen', ce qui laisse la porte évidemment ouverte à toutes les abstentions. Le choix du 24 avril n’est pas indifférent", a-t-il déclaré. 

Et d'ajouter que "beaucoup d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon l’ont soutenu par attachement à la dimension écologiste de son programme. Que l’on m’explique ce qu’il peut y avoir de commun sur ce sujet entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Rien !". 

Edouard Philippe poursuite sa charge à l'encontre du troisième homme du premier tour de l'élection présidentielle. Si on vote pour des idées, alors il faut être cohérent. Il y a, chez les responsables politiques qui ne distinguent pas les deux candidats, une errance. Une prétention à la pureté qui s’exprime par le refus de choisir, c’est irresponsable. Comme disait Péguy, 'ils ont les mains propres mais ils n’ont pas de mains'".

François Bayrou et "l'accident de campagne"

Proche d'Emmanuel Macron, François Bayrou a aussi développé ses pensées dans les médias. Dans un entretien à Ouest France, met directement en cause le programme de la candidate RN. "Il peut toujours y avoir des accidents dans une campagne, mais Marine Le Pen défend des positions inacceptables ! Nous sommes en pleine série de massacres de Vladimir Poutine en Ukraine et que dit Mme Le Pen ? 'Il faudra que Poutine soit notre allié' On a perdu la tête !"

Le maire de Pau a choisi de critiquer le programme international de la députée RN du Pas-de-Calais. "Et comme si cela ne suffisait pas, elle veut arrêter les contrats avec l’Allemagne. Je ne peux imaginer que la France s’abandonne à une telle dérive. Elle ne résisterait d’ailleurs pas plus de quelques semaines. Si vous arrêtez l’Union européenne, que font
nos agriculteurs vivant avec la Politique agricole commune depuis cinquante ans ? Stoppe-t-on aussi Airbus ?", interroge-t-il.

Ces trois angles d'attaque pourraient laisser entrevoir les trois fronts sur lesquels Emmanuel Macron va s'engager lors de son débat avec Marine Le Pen.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/