1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pourquoi y a-t-il autant de défections au RN alors que Le Pen est devant Zemmour dans les sondages ?
2 min de lecture

Pourquoi y a-t-il autant de défections au RN alors que Le Pen est devant Zemmour dans les sondages ?

Après Gilbert Collard et Stéphane Ravier, c'est au tour de Nicolas Bay de quitter le Rassemblement national. Une campagne compliquée pour Marine Le Pen qui peut compter sur des sondages qui la classent toujours devant Éric Zemmour.

Marine Le Pen en campagne, le 11 février 2022.
Marine Le Pen en campagne, le 11 février 2022.
Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Pourquoi autant de défections au RN alors que Le Pen devance Zemmour dans les sondages ?
00:01:54
Marie Moley - édité par Aurore Briffod

Une campagne chaotique pour le Rassemblement national. Dernier épisode en date : la suspension du porte-parole Nicolas Bay, suspecté d'avoir transmis des informations à Éric Zemmour. De fait, il quitte le parti comme Gilbert Collard et Stéphane Ravier ces dernières semaines. Tous rejoignent Éric Zemmour. Pourquoi ces départs alors que Marine Le Pen est devant l'ancien polémiste dans les sondages ? Plusieurs raisons peuvent être énumérées. 

D'abord, les résultats électoraux aux dernières régionales. Cela devait être un triomphe, les sondages étaient bons, la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur semblait à portée de main mais la chute a été brutale. Le RN a régressé par rapport aux élections de 2015. Pour certains, cela a été un tournant. Ils sont persuadés que Marine Le Pen ne pourra pas gagner à la présidentielle car la stratégie de dédiabolisation est un échec. La percée d'Éric Zemmour leur offre la possibilité de partir plus tôt que prévu. 

Autre raison : l'état du parti. 23 millions d'euros de dettes et un nombre de militants qui stagnent autour de 25.000. Un ex-RN parle même de "parti zombie". Le management "dur" de Marine Le Pen est également pointé du doigt. Il est qualifié de "brutal" voire "de terreur". D'après certains, seuls les plus proches de la candidate seraient tolérés alors que les élus proches de sa nièce, Marion Maréchal, seraient pourchassés à l'intérieur du parti. 

La direction du Rassemblement national n'est pas d'accord avec ces arguments. Elle rappelle que seuls quelques élus ont quitté le navire et que ces derniers sont "des fruits pourris opportunistes". Pour le moment, la candidate est toujours devant Éric Zemmour et malgré ces défections, elle n'a pas dévissé dans les sondages.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire