2 min de lecture Europe

Plan de relance européen : "Le chacun pour soi l'emporte encore", analyse Olivier Bost

ÉDITO - Angela Merkel et Emmanuel Macron ont proposé lundi 18 mai la création d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros, financé par l’émission d’une dette commune européenne.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Plan de relance européen : "Le chacun pour soi l'emporte encore", analyse Bost Crédit Image : Kay NIETFELD / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Venantia Petillault

Quand Angela Merkel et Emmanuel Macron, l’Allemagne et la France, parlent d’une même voix pour un rebond de l’Europe, cela veut dire que ça peut bouger.

Il ne faut pas s’y tromper : la surprise venait de Berlin. Angela Merkel est prête à s’engager dans un prêt de 500 milliards d’euros pour la relance. C’est une percée politique très importante commente un député européen En Marche, c’est une brèche dans l’orthodoxie financière intraitable de l’Allemagne. Les pays européens pourraient s’engager à emprunter de l’argent pour le budget de l’Union pour venir en aide aux pays les plus en difficultés. C’est une forme de solidarité nouvelle et inédite qui était une idée portée jusqu’ici sans succès par Emmanuel Macron. Une idée plus générale "de souveraineté européenne".
 
Mais en effet la surprise vient plus de Berlin que de Paris. Parce qu’elle signe d’abord le retour politique d’Angela Merkel. La chancelière était encore très affaiblie il y a quelques mois. L’Allemagne n’a pas été depuis très longtemps franchement moteur pour la bonne marche de notre union à 27. Emmanuel Macron lui n’a jamais manqué d’ambition pour l’Europe mais ses grands discours notamment celui de la Sorbonne n’ont rien donné jusque-là. Depuis il y a une proposition commune : 500 milliards ce n’est pas assez pour les députés européens qui voulaient 4 fois plus. 500 milliards ce sera trop pour les pays "radins" du Nord. Mais l’Europe, amorphe en début de crise retrouve une dynamique, n’en déplaise à tous ceux qui souhaitent sa disparition. 

"L'Europe n'a pas été à la hauteur de l'épidémie"

Nous avons toujours tendance à tout dramatiser y compris nos dirigeants pour retenir l’attention. Mais il ne faut pas s’y tromper il y a dans l’initiative du couple franco-allemand (le revoilà le fameux couple), une forme d’acte de survie. L’Europe avec la crise du coronavirus a bien un rendez-vous avec son avenir. Si elle rate ce moment que nous décrivons chaque matin comme le moment le plus dur de son histoire, c’est bel et bien son existence qui est en jeu. D’ailleurs, Emmanuel Macron n’enjolive pas la situation. Il le dit sans détour : "L’Europe n’a pas été à la hauteur au début de l’épidémie." Mauvaise réponse économique, chacun pour soi sanitaire, fermeture des frontières, c’est tout ça que l’initiative de ce lundi 18 mai doit corriger.
 
Justement, à propos de la réouverture des frontières c’est toujours un peu flou. Et c’est là que l’on retrouve une Europe qui patine. Emprunter 500 milliards d’euros, des chiffres fous si on y pense. Le chacun pour soi l’emporte encore et quelque part, il valide les discours des ennemis de l’Europe. De ceux qui ne veulent pas surtout pas voir le couple franco-allemand reprendre l’initiative…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe Économie Angela Merkel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants