1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pass sanitaire : la majorité LaREM déboussolée par les états d'âme du MoDem

Pass sanitaire : la majorité LaREM déboussolée par les états d'âme du MoDem

ÉDITO - Le rejet du pacte sanitaire, mardi soir à l'Assemblée, n'est pas un incident parlementaire. LaREM a été lâchée par le MoDem.

L'Assemblée nationale (illustration)
L'Assemblée nationale (illustration)
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La majorité totalement déboussolée
02:48
Pass sanitaire : la majorité LaREM déboussolée par les états d'âme du MoDem
02:48
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

Force est de constater que la majorité est complètement déboussolée. Voici ce qu'un ministre nous a livré : ”il y a zéro solidarité. On a peu d'histoire commune. On n'est pas assez soudé. On n'a pas réussi à créer un collectif”. De quoi parle ce ministre ? De la majorité et du gouvernement. Rien que ça. Il faut dire qu'il y a un phénomène d'accumulation fatiguant, même pour les plus zélés des macronistes. La tension politique, ça s'est vérifié plusieurs fois, fait immanquablement resurgir les fragilités structurelles de la majorité. 

C’est-à-dire ? Nous sommes entrés dans une période électorale, une très longue période électorale jusqu'à l'année prochaine, et le moindre sujet d'actualité peut tout écraser. Le moindre désaccord entre partenaires se voit dix fois plus. À l'Assemblée nationale, le rejet du pacte sanitaire, mardi soir, avant un second passage au vote. (c’est la magie de l'Assemblée) n'est pas seulement un incident parlementaire. La République en Marche a été lâchée par le MoDem. C'est le signe très voyant d'une accumulation de désaccords et de conflits larvés.

Le MoDem n'a pas été entendu sur ses propositions pour moderniser le vote en début d'année. Pas entendu non plus pour la proportionnelle. Et les négociations sont difficiles pour les régionales. Un proche de François Bayrou, qu'il a eu au téléphone il y a deux jours, m'a confié qu'il l'avait trouvé “malicieux”. La malice, nous l'avons vu mardi à l'Assemblée nationale. Le MoDem est plus structuré qu'en marge. 

Une division durable de la majorité ?

Toute la question est de savoir s'il s'agit d'une division durable. Alors non, ce n'est pas l’heure du divorce. Mais par gros temps, ça tangue sérieusement, et à chaque fois. 

À lire aussi

C'est comme pour les divisions qu'a provoquées la fiche d'une candidate En marche voilée pour les départementales dans l'Hérault. Le patron du parti, Stanislas Guerini, a confessé mardi soir sur RTL une erreur. Il avait répondu et semblait valider une interpellation de Jordan Bardella, le numéro deux du Rassemblement national. 

Il suffit d'un sujet comme la Laïcité et son interprétation pour provoquer une journée entière de pagaille et de déchirements chez En marche. Les mêmes sujets provoquent toujours les mêmes fractures. “Si vous voulez tester la solidarité de la majorité, faites-vous expliquer la stratégie dans les régions PACA et Hauts-de-France pour les élections. Les gens n'y comprennent rien”, résume une ministre. 

Les premiers sondages dans la région sud le confirment : le Rassemblement national est victorieux, que LREM soit avec LR ou pas. La majorité n'a pas de bases solides, pas de base électorale locale et pas de bases idéologiques claires. Comme le résume un ancien premier ministre : “quand on déstructure un paysage politique sans le restructurer. On est dans l'aléa. Tout devient imprévisible”. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/