1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Candidate voilée sur une affiche : "Elle ne sera pas soutenue" par LaREM, dit Guerini
1 min de lecture

Candidate voilée sur une affiche : "Elle ne sera pas soutenue" par LaREM, dit Guerini

INVITÉ RTL - Le délégué général du parti de la majorité a annoncé que La République en Marche allait retirer son investiture à la candidate héraultaise apparue voilée sur une affiche de campagne pour les départementales.

Stanislas Guerini était l'invité de RTL Soir.
Stanislas Guerini était l'invité de RTL Soir.
Crédit : RTL
Candidate voilée sur une affiche : "Elle ne sera pas soutenue" par LaREM, dit Guerini
14:47
Candidate voilée sur une affiche : "Elle ne sera pas soutenue" par LaREM, dit Guerini
14:47
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto
Animateur

Une affiche de campagne pour les départementales divise au sein de la République en Marche. Parmi les candidats, une femme qui porte un voile. Dès lundi soir, le numéro 2 du Rassemblement national Jordan Bardella l'a dénoncé dans un tweet, retweeté par Stanislas Guerini. Le délégué général d'En Marche assure ce mardi 11 mai que la candidate ne sera pas soutenue par le parti.

"Je dis les choses très clairement. Avec les instances dirigeantes du parti je fixe une ligne politique. On ne remet pas en cause le droit. Mais la loi dit aussi que les mouvements politiques peuvent décider du soutien apporté à leurs candidats. Notre mouvement politique considère que les signes religieux ostentatoires n'ont pas leur place sur une affiche de campagne dans le cadre d'une campagne électorale", précise Stanislas Guerini au micro de RTL.

Le délégué général du parti poursuit en affirmant que cette femme "ne sera pas soutenue par La République en Marche" et déclare retirer son investiture. Stanislas Guerini assure avoir eu un dialogue avec les candidats aux élections départementales dans ce canton et dit avoir proposé de "changer leurs documents de campagne". "On n'a pas à afficher un signe religieux ostentatoire, quelle que soit la religion. Je ne veux pas que la clé d'entrée dans une campagne soit une clé d'entrée de différenciation", martèle-t-il.

Stanislas Guerini affirme néanmoins avoir fait une erreur en relayant un tweet de Jordan Bardella. "Si j'ai un regret dans cette affaire, c'est d'avoir répondu au tweet de Jordan Bardella. Je vous le dis sincèrement. À aucun moment je ne veux laisser penser qu'il puisse y avoir la moindre collusion de pensée entre ce que nous défendons et ce que porte le Rassemblement national", tient à clarifier le délégué général de LaREM.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/