2 min de lecture Élections municipales

Municipales : le gouvernement a-t-il demandé d'enlever le logo LaREM sur des affiches ?

FACT CHECKING - Jordan Bardella affirme que le gouvernement a donné pour consigne de ne pas afficher le logo du parti présidentiel sur les affiches de certains de ses candidats. Nous avons vérifié.

micro générique Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Municipales : le gouvernement a-t-il demandé d'enlever le logo LaREM sur des affiches ? Crédit Image : PASCAL PAVANI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Quentin Marchal

À quelques jours du premier tour des élections municipales, le dimanche 15 mars, Jordan Bardella s'est mis en évidence d'une bien pâle manière. Cette semaine, le vice-président du Rassemblement national (RN) a en effet lancé un appel à témoin concernant l’affiliation au parti présidentiel de la République En Marche (LaREM) et selon lui, le gouvernement aurait donné pour consigne de ne pas afficher le logo du parti sur les affiches de ses candidats.

Cette affirmation est fausse puisqu'il n’y a pas de consignes et d’étiquettes mal venues mais il existe néanmoins des nuances. Le journal 20 minutes a ainsi repéré que l’étiquette du parti présidentiel change de taille en fonction des affinités locales : à Paris, Lyon ou Marseille, on l’affiche en gros mais elle apparaît plus petite à Nantes, Dijon ou encore Strasbourg.

En fait, ce ne serait pas une quelconque honte par rapport à la politique du gouvernement comme semble le suggérer Jordan Bardella mais une tactique politique inscrite dans le guide du parfait candidat distribué par LaREM à ses candidats.

Il y est précisé que, dans les villes où le candidat est en position favorable, il doit afficher les couleurs de LaREM et aux endroits où le parti est en difficulté, il sera plus judicieux de "faire campagne sur une étiquette de rassemblement républicain/société civile".

La moitié des électeurs plébiscitent un maire sans étiquette

À lire aussi
Stanislas Guerini, à l'Assemblée nationale le 21 mars 2020 coronavirus
Coronavirus et municipales : Stanislas Guerini est l'invité du Grand Jury

En chiffres, il existe seulement 428 listes qui sont étiquetées par le parti présidentiel, c'est à dire qui sont totalement investis par La République En Marche. Au Havre par exemple, Édouard Philippe est à la tête d'une liste classée divers centre tout comme le ministre de la Culture, Franck Riester, à Coulommiers.

Des listes soutenues et non investies par LaREM, permettent ainsi de ratisser large avec des alliances au centre ou à droite et même parfois à gauche sans dire que c’est officiel.  Le macronisme des logos est complexe et pourrait en partie s'expliquer par un récent sondage qui affirme qu'un Français sur deux plébisciterait un maire sans étiquette.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Jordan Bardella Rassemblement National
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants