3 min de lecture Union européenne

Migrants, Mercosur, Europe... "L'UE n'offre pas son plus beau visage", selon Alba Ventura

ÉDITO - C'est le bazar à Bruxelles. On ne pouvait pas espérer pire promotion pour l'Union européenne...

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Migrants, Mercosur, Europe... "L'UE n'offre pas son plus beau visage", selon Alba Ventura Crédit Image : Giovanni ISOLINO / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie-Pierre Haddad

On s'est réjoui de la participation aux élections européennes. Cinq semaines plus tard, on ne peut pas dire que l'Union européenne offre son plus beau visage. Entre un accord commercial qui fait des vagues, un bateau de migrants raisonné en Italie dont la capitaine est assignée à résidence et des négociations interminables sur les futurs dirigeants européennes... Que se passe-t-il ?

On a sous les yeux, trois exemples d’une Europe qui fonctionne mal. On a eu droit à 17 heures de tractations pour choisir les postes clés de l’Union européenne et au bout de la nuit, rien... Nada ! On se serait cru à un congrès du Parti socialiste français de la grande époque. Vous vous souvenez peut-être, on appelait ça "la nuit de la synthèse". Bon là, à Bruxelles, point de synthèse mais bel et bien une impasse.

Une impasse qui a montré une droite européenne très divisée, avec d’un côté Angela Merkel très affaiblie et de l’autre des pays de l’Est comme la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque et la Slovaquie qui veulent avoir droit au chapitre.

Une politique migratoire toujours floue

Des petits pays qui n’entendent pas laisser le couple franco-allemand leur dicter sa loi ! Ce sont les charmes l’Europe à 28 où chacun défend d'abord ses propres intérêts. On peut dire que la nouvelle Union européenne commence dans un sacré bazar quand on pense que certains veulent encore élargir.

À lire aussi
Un pêcheur français, le 31 juillet 2018, au large de Ouistreham (Normandie). environnement
Surpêche : une décision de l'Union européenne pourrait menacer la survie des océans

Attendez ce n’est pas fini, parce que le maintien des Britanniques, en plein Brexit, au Parlement européen va finir de pourrir la vie de tous ces gens. C'est aussi la faute de l'Europe à 28 ce qui se passe en Italie où la capitaine du Sea-Watch 3 qui sauve des migrants est assignée à résidence

La faute à l’Europe qui n’a toujours pas décidé d’une politique migratoire alors que toutes les semaines ou presque des bateaux avec des migrants tentent de rejoindre l’Europe. Résultat : on se retrouve aujourd’hui avec une jeune femme allemande, capitaine du Sea-Watch, emprisonnée pour avoir bravé les interdictions italiennes et accosté de force avec 40 migrants.

On se retrouve avec un ministre Matteo Salvini qui se fiche des conventions internationales

Alba Ventura
Partager la citation

On se retrouve avec un ministre Matteo Salvini qui se fiche des conventions internationales comme de sa première chemise. Et qui rappelle dès qu’il en a l’occasion qu’il a été élu parce que l’Europe n’a rien fait pour soulager l’Italie, qui a accueilli bien plus que tous les autres pays européens. Voilà où conduisent les dysfonctionnements de l’Europe. Voilà pourquoi elle doit sans tarder s’y consacrer, ça ne veut pas dire accueillir tout le monde mais faire en sorte que l’accueil soit mieux ordonné et humain. 

"Aberrant" de voir l'UE toper avec le président Bolsonaro

Autre exemple : cet accord commercial que l’UE a conclu avec les pays du Mercosur. Un accord conclu par l’ancienne commission, dont le job devrait être d’expédier les affaires courantes, un accord conclu sur la base d’un texte qui a plus de 20 ans ! On marche sur la tête ! On comprend pourquoi les Verts et les agriculteurs voient rouge ! 

Parce que cet accord, qui n’a pas encore été ratifié et qui n’a pas encore été examiné, laisse entendre que c’est : "Nos bagnoles contre leur viande". Vendre nos autos au Brésil et les laisser déverser leur bœuf aux hormones chez nous. Comme le rappelle la FNSEA, le Brésil c’est quand même le pays qui collectionne les scandales sanitaires. Aberrant. Surtout quand on voit le président Macron dire la semaine dernière son inquiétude face à cet accord, puis le soutenir ensuite. 

Aberrant de voir l'UE toper avec le Brésil du président Bolsonaro qui déforeste l'Amazonie bien qu’ayant signé l’accord de Paris. Voilà on a sous les yeux des exemples - que ce soit le fonctionnement, la politique commerciale ou la politique migratoire - où l’Europe doit se mettre sérieusement au travail parce que tout ce qui se joue là a une incidence, dans chaque pays, pour chacun de nous ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Migrants Parlement européen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants