2 min de lecture Parlement européen

Les infos de 18h - Rejet de Goulard : Macron a "besoin de comprendre" et évoque du "ressentiment"

La candidate à la Commission européenne, Sylvie Goulard, a été retoquée par le Parlement européen ce jeudi 10 octobre. Le président français, qui avait proposé son nom, évoque "la petitesse" des eurodéputés et demande des explications.

Sylvie Goulard au Parlement européen le 10 octobre 2019
Sylvie Goulard au Parlement européen le 10 octobre 2019 Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Béatrice Hadjaje édité par Cassandre Jeannin

Gros coup dur pour Emmanuel Macron. Le Parlement européen a rejeté la candidature de Sylvie Goulard à la tête de la Commission européenne, un rejet massif avec 82 voix contre 29 et une abstention. Le chef de l'État, qui avait proposé son nom, a réagi cet après-midi avec un agacement visible.

"J'ai proposé trois noms à la Présidente (de la Commission européenne) Ursula von der Leyen. Elle m'a dit 'Moi je veux travailler avec Sylvie Goulard. Je la connais, je sais ce qu'elle vaut, j'étais un peu ministre de la Défense avec elle, ça a été une grande parlementaire européenne, elle connaît très bien ses sujets. Proposez-moi Sylvie Goulard'", relate Emmanuel Macron.

"J'ai dit : 'Attention ! Sylvie Goulard est une femme d'une grande probité, je la connais. Ça fait deux ans qu'il y a une enquête sur des sujets qui la concernent'. Elle n'est même pas mise en examen sur ce sujet après deux ans. J'ai dit : 'Attention les polémiques. Je connais les gens qui peuvent créer des polémiques'", indique le président. "On m'a dit : 'Votre nom est formidable, on le prend' et puis à la fin on dit 'ah finalement on n'en veut plus'", déplore-t-il. "Il faut qu'on m'explique", a-t-il conclu. 

À écouter également dans ce journal

Michelin - Le fabricant de pneumatiques a annoncé jeudi 10 octobre la fermeture "d'ici fin 2020" de son usine de La Roche-sur-Yon en Vendée. Le site, spécialisé dans les pneus pour poids lourds, compte 619 salariés.

François Fillon - Lors d'une interview télévisée en Suisse, l'ancien Premier ministre est sorti du silence et en a profité pour tacler Emmanuel Macron sur son action face aux "gilets jaunes". Il est également revenu sur sa défaite en 2017, sa vision de la droite et son retour en politique.

Syrie - La crise humanitaire menace au lendemain de l'assaut mené par la Turquie dans le nord du pays contre les forces kurdes. Plus de 60.000 personnes ont déjà dû être déplacées .Le conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence ce soir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parlement européen Commission européenne Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants