4 min de lecture Santé

Les infos de 12h30 - Réforme du système de santé : Macron fait son mea culpa

"On a sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée", a reconnu Emmanuel Macron en évoquant des moyens insuffisants compte-tenu de l’état de l’hôpital public.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
RTL Midi du 15 mai 2020 Crédit Image : GONZALO FUENTES / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch édité par Chloé Richard-Le Bris

Le président de la République reconnaît une erreur sur sa réforme du système de santé. Emmanuel Macron a fait son mea culpa lors d'une visite surprise ce vendredi 15 mai à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il était accompagné de son ministre de la Santé, Olivier Véran, et a reconnu une erreur sur la réforme engagée il a y a deux ans. "Elle ne portait pas assez de sens", dit-il.

Le président estime aujourd’hui qu’il faut mettre fin à la paupérisation du personnel soignant. Changement de pied total du chef de l’État qui promet donc de rectifier le tir. Il s’est exprimé devant des médecins de l’hôpital, sans caméra, sans micro. "On a sans doute fait une erreur dans la stratégie annoncée", a reconnu Emmanuel Macron en évoquant des moyens insuffisants compte-tenu de l’état dans lequel se trouve l'hôpital public.

On est loin des messages d’auto-satisfaction de l’année dernière quand Agnès Buzyn, alors ministre de la santé, avait présenté sa réforme de l’hôpital. Et à l’époque, malgré les grèves, les manifestations des soignants, l’exécutif ne voulait rien entendre.

C'est très cruel pour moi-même

Emmanuel Macron
Partager la citation

C’est un Emmanuel Macron au contraire presque contrit qui s’est exprimé ce vendredi 15 mai selon les déclarations rapportées par l’AFP. "J’étais convaincu qu’on était en train de changer les choses et c’est très cruel pour moi-même", a-t-il déclaré.
 
Le chef de l’État qui confirme donc un plan d’investissement dans l’hôpital. "C’est un investissement et pas une dépense", insiste-il aujourd'hui. Là aussi des mots qui n’ont rien à voir avec ses déclarations d’avant crise. Emmanuel Macron veut aller vite, il a demandé à son ministre de la Santé "un travail express", mais pour l’heure aucun montant, aucun chiffre n‘a été donné, mais une promesse renouvelée.

À écouter également dans ce journal

À lire aussi
Des enfants dans la cour de récréation avec leur maîtresse masquée (illustration) coronavirus
Coronavirus : les enfants peu contaminés et peu contaminants, selon une étude

Syndrome de Kawasaki - Atteint des symptômes d'une forme proche de la maladie de Kawasaki décrite chez de jeunes patients ayant été en contact avec le coronavirus, un enfant de 9 ans est mort à Marseille, a annoncé son médecin ce vendredi 15 mai.

Prime pour les soignants - Le décret sur la prime à verser aux soignants a été signé. Tous les soignants recevront 500 euros en juin et 1.500 euros pour ceux qui travaillent dans un des 40 départements fortement touchés par le coronavirus ainsi que ceux qui ont exercé dans un service covid+.


Vacances d’été - La SNCF ouvre ses réservations pour l’été. D’ici fin juin 100% des trains circuleront mais 100% des sièges ne seront pas occupés. La vente est pour le moment limitée à un siège sur deux. Cette contrainte pourrait être levée si la distanciation physique n’est plus jugée nécessaire à bord.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Le journal Réformes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants