3 min de lecture Politique

Le coronavirus montre "l'intérêt du dialogue" aux politiques, dit Mazerolle

ÉDITO - Pour Olivier Mazerolle, si le coronavirus permet de remettre sur pied l'hôpital public, il n'aura "peut-être pas été nuisible à 100%".

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Le coronavirus montre "l'intérêt du dialogue" aux politiques, dit Mazerolle Crédit Image : Ian LANGSDON / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle édité par Maeliss Innocenti

Si le coronavirus est un véritable fléau pour la santé et l'économie, il ne semble pas provoquer que des effets négatifs. Comme en politique, par exemple. On se passerait évidemment bien volontiers de ce virus qui provoque beaucoup d’inquiétudes. Mais c’est aussi dans l’épreuve que l’on voit la capacité d’un pays à réagir. Aussi surprenant que cela puisse paraître, compte tenu du climat ambiant, cela s’est passé aujourd’hui en France.

Les querelles politiciennes ont été évacuées à Matignon. La réunion d’Édouard Philippe avec les responsables politiques a donné lieu à une belle leçon d’unité et de solidarité autour du gouvernement. C’est suffisamment rare pour être signalé.

Le gouvernement a joué la transparence. Il n’a rien caché. Il a répondu aux questions, montré qu’il avait pris le sujet à bras le corps, en concertation avec les scientifiques les plus réputés. Du coup, tous les présents sont entrés dans le débat, sans polémiquer, pour s’informer et suggérer. Il n’y avait plus autour de la table l’envie d’en découdre, de s’affronter. Même Marine Le Pen, toujours critique, a baissé de ton.

Un dialogue "constructif" loin des divergences politiques

Tout cela prouve simplement que lorsque les politiques acceptent de se parler au lieu de se retrancher dans leurs poncifs habituels, le climat s’apaise et devient constructif, dans l’intérêt de tous. La méthode pourrait servir pour d’autres sujets que le coronavirus.

À lire aussi
Boris Johnson, le 29 octobre 2019 Royaume-Uni
Coronavirus : Boris Johnson va "mieux" et peut "respirer seul", déclare un chancelier

Cette unité nationale pourrait durer. Sur le coronavirus, en tout cas, c’est d’autant plus possible qu’Édouard Philippe, non seulement joue la transparence, mais il ne dissimule pas les risques potentiels. D’habitude, dans ce genre de cas, les gouvernements cherchent à minimiser la gravité de la situation, et personne ne les croit. Cette fois, au contraire, Édouard Philippe, comme Emmanuel Macron, n’hésitent pas à dire que l’épidémie est probable. Ils anticipent plutôt que d’avoir à commenter chaque jour des cas de plus en plus graves, comme un général qui bat en retraite.

Ça donne confiance. Personne ne pense qu’ils sous-estiment la situation et on est tenté de les croire quand ils affirment avoir pris les dispositions nécessaires pour combattre le fléau au fur et à mesure de son développement.

Et si ça permettait d'aider l'hôpital public ?

À la Pitié-Salpêtrière ce jeudi matin, Emmanuel Macron a été sérieusement apostrophé sur le coronavirus par un médecin neurologue. Sérieusement, mais poliment. Ce qui a donné plus de force à l'argumentation du médecin. Emmanuel Macron n’a pas pu y échapper. Les prises en charge plus nombreuses, la nécessité d’isoler des malades, révèlent plus que jamais le délabrement de l’hôpital public.

Le coronavirus, c’est le grain de sable supplémentaire qui peut créer le choc psychologique nécessaire. "C’est le moment d’agir", a dit le médecin au président. Emmanuel Macron n’a pas dit non. Il va recevoir les médecins du collectif inter-hôpitaux, en grève symbolique depuis près d’un an (symbolique parce qu’ils soignent tout de même les malades). 

Si cette fois, avec eux, Emmanuel Macron parvient enfin à remodeler la gouvernance de l’hôpital avec des moyens appropriés, l’occasion n’aura pas été perdue. Le coronavirus semble avoir montré l’intérêt du dialogue à ceux qui nous gouvernent. Le virus n’aura peut-être pas été nuisible à 100%.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Société Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants