3 min de lecture Droits des femmes

Journée des droits des femmes : 3 manières de se mobiliser dimanche 8 mars

ÉCLAIRAGE - La journée internationale des droits des femmes a lieu dimanche 8 mars. Voici comment vous pouvez participer à la mobilisation.

Des milliers de personnes ont manifesté à l'initiatives du mouvement #NousToutes le 24 novembre 2018
Des milliers de personnes ont manifesté à l'initiatives du mouvement #NousToutes le 24 novembre 2018 Crédit : AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Après la marche #NousToutes contre les violences sexuelles et sexistes, les manifestations contre la réforme des retraites et contre la consécration de Roman Polanski aux César, les associations féministes appellent à se mobiliser en nombre le dimanche 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Partout en France sont organisés festivals, marches et autres événements pour rappeler qu'en matière d'égalité de droits, rien n'est jamais acquis.

Qu'il s'agisse du droit à l'avortement, du fléau des féminicides, ou des inégalités salariales qui persistent, l'égalité des genres est encore loin d'être atteinte. Grâce aux prises de paroles sur les violences sexuelles portées par Adèle Haenel dans l'industrie du cinéma, Sarah Abitbol dans le domaine du sport ou encore Vanessa Springora dans le monde littéraire, le mouvement #MeToo semble enfin avoir un écho en France.

Pour poursuivre le réveil des consciences et continuer le combat pour le droits des femmes voici comment vous pouvez vous mobiliser dimanche.

1. Faire la grève féministe

Depuis un an, le collectif "On Arrêtes Toutes" prévoit une grève nationale des femmes pour le 8 mars 2020. L'idée : encourager les femmes à ne plus participer à l'économie, comme les Argentines, les Polonaises ou les Suissesses l'ont déjà fait ces dernières années. "Ce qu’on veut montrer c’est que si les femmes s’arrêtent, tout s’arrête", résume Suzy Rotjman, qui participe au mouvement, à RTL.fr.

Voir cette publication sur Instagram

Après la Pologne, l'Argentine, la Belgique, la Suisse, la grève féministe se propagera en France le 8 mars 2020. Contre les féminicides et toutes autres violences à l'encontre des femmes, en défense de l'avortement, pour notre autonomie financière qui nous permet de choisir nos vies, pour le partage des tâches domestiques, contre le racisme et toutes les discriminations, contre la casse de nos services publics, etc., nous avons 1000 raisons de nous révolter et de nous mettre en grève. La précédente Assemblée Générale de la région parisienne a décidé de lancer des comités "On Arrête Toutes" pour que l'idée de la grève se propage, partout.... Pour que le 8 mars 2020, quand les femmes s'arrêteront, tout le pays s'arrête. En région comme à Paris. Qu'enfin le travail invisible des femmes se voit. Au grand jour. Le 8 mars 2020, #OnArreteToutes

Une publication partagée par On Arrête Toutes (@onarretetoutes) le

À lire aussi
Une voiture de police (illustration) meurtre
Hauts-de-Seine : il tue sa femme de plusieurs coups de couteau

Faire la grève un dimanche ? "On Arrêtes Toutes" insiste sur le fait que certaines professions travaillent, même ce jour-là. La bibliothèque féministe parisienne Marguerite Duras sera par exemple fermée, indique Suzy Rotjman. D'autres secteurs, dont les employées travaillent en ce jour habituellement chômé, sont appelés à se joindre au mouvement tels que les hôpitaux, l'hôtellerie ou le tourisme

Et pour toutes celles qui ne feront aucun travail salarié, Suzy Rotjmann a deux mots d'ordres : "arrêter de consommer, arrêter le travail domestique". Lutte contre l'exploitation des femmes dans les pays en voie de développement, dénonciation de la charge mentale, inégalités salariales : "C’est une grève qui concerne tous les droits des femmes", résume-t-elle. 

2. Manifester pour crier sa colère

Le collectif "On Arrêtes Toutes" participera à la Marche des Grandes Gagnantes organisée à Paris dimanche 8 mars. L'appel à se joindre à cette manifestation a été signé par une vingtaine d'organisations féministes et vise principalement la réforme des retraites initiée par le gouvernement. La marche tire même son nom d'un discours d'Édouard Philippe dans lequel le Premier ministre affirmait que les femmes seraient les "grandes gagnantes" du nouveau système universel.

Des marches sont organisées partout en France, comme à Bordeaux, Lyon, Reims ou encore Le Mans. Toutes sont répertoriées sur le site des Grandes Gagnantes. À Paris, le cortège s'élancera de la Place d'Italie à 14 heures. 

La veille, une marche de nuit est organisée dans la capitale. Elle se déroulera en mixité choisie, sans hommes cisgenres. "La nuit et la rue nous appartiennent aussi !" insistent les personnes à l'origine de l'événement sur Facebook. La marche partira à 19 heures de la Place des Fêtes.

3. S'informer pour militer

La journée internationale des droits des femmes est l'occasion de se renseigner sur toutes les manières de se mobiliser au quotidien (et pas que le 8 mars). Pour cela, plusieurs villes de France accueillent des "villages féministes". Collectifs, médias, associations : à Paris, le "village des féminismes" rassemble par exemple Mwasi, Act Up ou encore Humans for women au Centre international de culture populaire (XIème) de 14 heures à 18 heures. Un autre est aussi organisé à La Rochelle.

Dans la capitale est aussi organisé l'événement Debout Citoyennes ! au Zénith : cent femmes inspirantes seront réunies le dimanche après-midi sur scène pour parler de leur expérience et lancer un "appel pour une société plus humaine", explique l'association Eklore qui organise l'événement. Parmi ces femmes : Charlotte Marchandise, ex-candidate à la présidentielle, l'imame Kahina Bahloul ou encore la comédienne Typhaine D. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droits des femmes Égalité hommes-femmes Féminisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants