1 min de lecture Société

Affaire Gabriel Matzneff : ce que contient "Consentement" de Vanessa Springora

NOUS L'AVONS LU - Le nouveau livre de Vanessa Springora, "Consentement", sort ce jeudi 2 janvier. Elle y accuse l'écrivain Gabriel Matzneff d'avoir profité de sa naïveté. L'autrice et éditrice avait 14 ans à l'époque des faits, il en avait 50.

>
Affaire Matzneff : que contient le livre "Consentement" de Vanessa Springora ? Crédit Image : Éditions Grasset | Crédit Média : RTL | Date :
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens édité par Esther Serrajordia

C'est sans doute l'une des sorties littéraires les plus attendues de ce début d'année : le livre-témoignage de Vanessa Springora.

Celle qui est aujourd'hui éditrice chez Julliard est la première à raconter la manière dont l'écrivain Gabriel Matzneff l'a séduite. À l'époque, elle n'avait pas 14 ans, lui en avait 50. Vanessa Springora était l'une de ses innombrables jeunes, très jeunes conquêtes.

Le livre est intitulé Le Consentement et c'est précisément la question qui est posée. Au fil de ses 200 pages, Vanessa Springora relate d'abord sa rencontre avec l'écrivain à l'âge de 13 ans, au cours d'un dîner mondain auquel l'emmène sa mère. Cette petite fille, seule, en manque d'amour, est immédiatement séduite par le quinquagénaire au sourire, explique-t-elle, qu'elle confond dès le premier instant avec un sourire paternel. 

Crises d'angoisse et anorexie

Sans jamais donner son nom, l'auteur parle de sa fascination pour Gabriel Matzneff. Elle se dit "transit d'amour" pour celui qui l'initie à la sexualité, se vante de son savoir faire quand il s'agit d'ôter la virginité à de très jeunes filles. 

À lire aussi
Muriel Robin à la Rochelle le 12 septembre 2018 people
Mort de Jacqueline Sauvage : l'hommage et la colère de Muriel Robin

Mais Vanessa Springora raconte aussi les souffrances de cette relation. Les crises d'angoisse et l'anorexie lorsqu'elle tombe sur les écrits de son amant qui relate des aventures avec de jeunes enfants pour satisfaire son addiction au sexe

Enfin, lucide, l'auteur analyse le sentiment d'emprise et de culpabilité. Comment admettre qu'on a été abusée quand on ne peut nier qu'on a été consentante, se demande-t-elle, après s'être débattue de longues années avec la notion de victime, incapable de s'y reconnaître. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Littérature Pédophilie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants