1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Guerre d'Algérie : "Macron continue le travail de mémoire sur ce douloureux passé"
2 min de lecture

Guerre d'Algérie : "Macron continue le travail de mémoire sur ce douloureux passé"

ÉDITO - L'ouverture des archives sur la guerre d’Algérie est le nouveau geste très important d’Emmanuel Macron pour réconcilier les mémoires.

Emmanuel Macron, le 18 février 2021
Emmanuel Macron, le 18 février 2021
Crédit : Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP
Guerre d'Algérie : Emmanuel Macron déclassifie les archives
03:06
Guerre d'Algérie : Emmanuel Macron déclassifie les archives
03:06
Olivier Bost

Emmanuel Macron ouvre les archives sur la Guerre d’Algérie. Le chef de l'État continue ce travail de mémoire sur ce douloureux passé de notre histoire.

La Guerre d’Algérie est un traumatisme collectif, pour les jeunes appelés dans les rangs de l’armée, pour ceux qui ont dû fuir le pays, les pieds noirs. Et ce passé n’a jamais été expurgé avec les Algériens. Tout semble irréconciliable : nos pays, nos mémoires, notre Histoire…
Il y a des traumatismes enfouis, jamais raconté et cela nourrit des postures victimaires politiques, diplomatiques. Le séparatisme en France se nourrit aussi de ces non-dits.

Emmanuel Macron s’est engagé dans ce travail courageux de vérité. Il l’a fait d’abord maladroitement en qualifiant la colonisation de "crime contre l’Humanité". Brusquer le débat ne le fait pas avancer, il conforte chacun dans ses certitudes. 

Dans une approche plus apaisée, mais tout aussi éruptive sur le fond, il a demandé à l’historien Benjamin Stora de lui proposer une méthode pour, enfin, parler des choses et rétablir un contact avec l’Algérie. Pour se réconcilier avec notre histoire.

Ce travail porte-t-il ses fruits ?

À lire aussi

Emmanuel Macron suit ces recommandations de petits pas que lui a suggérés Benjamin Stora. Reconnaître que des militants de l’indépendance ont été torturés et tués par l’armée française, c’est ce qu’a commencé à faire Emmanuel Macron ces dernières semaines.

Le 9 mars dernier, le chef de l’État a fait un pas de plus en autorisant l’ouverture des archives classé secret-défense jusqu’à 1970. Les chercheurs, les historiens vont enfin pouvoir si l’administration ne se montre pas trop tatillonne, éplucher tous les documents qui recèlent une part de la vérité. C’est un geste présidentiel qui aidera à établir une vérité historique sur laquelle tant de gens se confrontent. 

Entre les immigrés, leurs enfants, petits-enfants, les pieds-noirs, les juifs algériens, les harkis, les appelés qui ont fait la guerre, les coopérants ensuite, 7 millions de personnes, 1 français sur 10  ont une filiation ou un passé de prés ou de plus loin avec l’Algérie. Voilà ce qui permet de mesurer l’ampleur de ce travail de mémoire.

Est-ce qu’Emmanuel Macron aura achevé ce chantier dans son quinquennat ?

Il le faut, avec cet autre défi : les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie seront célébrés le 19 mars 2022, à quelques semaines de l’élection présidentielle. Il faudra d’ici là, à un moment ou un autre, un grand discours, disent tous ceux qui travaillent sur le sujet et qui veulent le dépassionner. La Guerre d’Algérie, la colonisation est notre dernière déchirure mémorielle. Un grand discours pour lever ce dernier tabou de l’histoire contemporaine française. Il le faut, pour l’histoire, pour le présent et pour l’avenir.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/