2 min de lecture Coronavirus France

Déconfinement : il faut "des critères clairs, ils ne le sont pas aujourd'hui", pointe Olivier Faure

INVITÉ RTL - "Nous sommes à un taux d'incidence que le président fixe à 400, là où l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne le fixent à 100", souligne le Premier secrétaire du Parti socialiste.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Olivier Faure est l'invité d'Alba Ventura Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie Gingault

Emmanuel Macron a présenté son plan de déconfinement, très progressif. Cela se fera en quatre étapes du 9 mai au 30 juin, un calendrier qui appelle à la plus grande prudence pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, invité sur RTL ce vendredi 30 avril. 

"Il ne faut pas recommencer le pari comme ce fut le cas en janvier", présente-t-il. "Nous avons aujourd'hui une situation qui s'améliore légèrement, avec un plateau qui est très élevé et des contaminations très nombreuses (26.000 hier), des morts (321 hier) et donc la nécessité d'avoir la plus grande vigilance", insiste le député de Seine-et-Marne. 

"Le message c'est 'attention, nous sommes dans une situation qui est encore très fragile, très critique, et nous devons avoir des gestes qui doivent correspondre à cette situation'", souligne Olivier Faure. "On voit bien ce que font nos voisins aujourd'hui, et c'est la raison pour laquelle nous sommes tentés d'avoir le même rythme qu'eux", souligne le député, qui rappelle que "nous n'avons pas confiné au moment où ils (nos voisins) étaient confinés, donc nous avons besoin de retrouver une situation" stable.

Il faut à la fois freiner le virus et accélérer la vaccination

Olivier Faure
Partager la citation

"Nous sommes à un taux d'incidence que le président fixe à 400, là où l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le fixent à 100, donc nous devons avoir des critères clairs, ils ne le sont pas aujourd'hui, donc nous devons faire attention", avertit le Premier secrétaire du Parti socialiste.

À lire aussi
France 2
Coronavirus : "Il y aura un pass sanitaire", affirme Jean Castex

"Je soutiens l'idée de la progressivité pour le déconfinement, mais ça sous-entend que nous démarrions au moment où nous pouvons démarrer, même si c'est pour arriver au mois de juin à être dans une situation de quasi-retour à la normale", souligne Olivier Faure. "Il faut à la fois freiner le virus et accélérer la vaccination", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Confinement Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants