3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "On continue à raconter des inepties" sur les tests, selon Polony

ÉDITO - Alors que le gouvernement souhaite réaliser près de 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai, Natacha Polony s'interroge sur l'intérêt de ne tester que les personnes ayant des symptômes.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
Coronavirus : "On continue à raconter des inepties" sur les tests, selon Polony Crédit Image : AHMAD AL-RUBAYE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony Journaliste

Le gouvernement a promis 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai. Mais la semaine dernière, il n’y en a eu que 130.000 de réalisés, selon Santé publique France et 280.000 selon le gouvernement. Bref, personne n’est d’accord. Et on est loin du compte. 

On parle bien là des tests virologiques, ceux qui permettent de savoir si l’on est malade. Emmanuel Macron, lors de sa dernière intervention, a expliqué qu’ils seraient réservés aux soignants et aux gens présentant des symptômes parce que, disait-il, "ça n’aurait pas de sens de tester tout le monde". 

Pourtant, le Premier ministre nous a affirmé quelques jours plus tard que la nouvelle stratégie était de "protéger, tester, isoler". Mais uniquement, donc, ceux qui ont des symptômes. Ceux qui n’en ont pas peuvent continuer à contaminer tout le monde. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ensuite affirmé qu’il y aurait assez de tests et que d’ailleurs il n’y avait jamais eu aucun problème de freins imposés aux laboratoires vétérinaires par l’administration. Ce qui est faux. 

Pas assez de tests et de matériel

Et nous constatons qu’il n’y a visiblement pas assez de tests, et pas assez de matériel, écouvillons, réactifs... On perçoit, d’après les données disponibles, une circulation du virus dans des parties de la France encore peu touchées, mais on marche à l’aveugle. On est en train de monter en puissance. Ça va venir. Mais ce qui est gênant, c’est qu’on reproduit exactement les mêmes erreurs qu’avec les masques. Pourquoi cette incapacité à dire : "nous n’avons pas assez de tests, nous les réservons aux soignants mais dès que nous pourrons, nous irons plus loin".

À lire aussi
Le Premier ministre Grec, Kyriakos Mitsotakis, le 15 octobre 2020 à Bruxelles. coronavirus
Coronavirus en Grèce : couvre-feu à Athènes et Thessalonique dès samedi

Eh bien non. On continue à raconter des inepties, des choses qui vont contre le plus élémentaires bon sens. "Mais si on ne l’a pas le jour où on est testé, on peut l’attraper le lendemain", nous disent-ils. Évidemment ! Mais on aura détecté ceux qui l’ont et qui ne le savent pas. Comme le dit l’OMS depuis le début : tester, tester et encore tester. Mais ça, c’est pour les tests virologiques. 

Quid des tests sérologiques

Il y a aussi les tests sérologiques. Et là, c’est encore mieux. On nous explique que les médecins de la Haute autorité de la santé ne veulent pas de généralisation des tests sérologiques. Ce sont les tests qui servent à savoir si on a rencontré le virus. Et là, on prend carrément les gens pour des crétins. Ils ne savaient pas se servir des masques, eh bien là, ils ne comprendront pas qu’ils ne sont peut-être pas immunisés et ils risquent de ne plus se protéger. 

Donc, on va les empêcher de savoir s’ils ont eu le virus. On réserve les tests sérologiques pour des études épidémiologiques. Mais moi, il faut qu’on m’explique : si on ne vérifie pas qui l’a eu, comment on sait de quelle manière a circulé le virus ? Et les gens qui ont eu une fièvre, des migraines, ils ne sauront jamais si c’était le coronavirus, donc ils ne savent pas s’ils se sont protégés efficacement ou s’il aurait fallu faire mieux. 

Alors, on va continuer longtemps à traiter les citoyens comme des enfants et à leur servir des histoires à dormir debout pour ne pas leur dire qu’on n’est toujours pas prêts ? 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Test Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants