3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : à quoi va ressembler le déconfinement à Paris ?

ÉCLAIRAGE - Transports, écoles, distributions de masques... Le déconfinement sera un défi immense pour Paris, une des capitales les plus densément peuplées d'Europe, dans une région placée entièrement en zone épidémique rouge.

Anne Hidalgo, le 9 avril 2020
Anne Hidalgo, le 9 avril 2020 Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Quelques semaines après le début du confinement, Anne Hidalgo avait commencé à plancher sur le déconfinement en partageant dans un courrier ses pistes de réflexions à Édouard Philippe. Désormais, la date fatidique du 11 mai approche. La maire de Paris a détaillé dans les colonnes du Parisien ce à quoi va ressembler le monde d'après pour la capitale. 

L'exécutif a insisté sur l'importance d'entamer le déconfinement et la relance économique d'une France quasiment à l'arrêt depuis sept semaines, face aux incertitudes et aux réticences, notamment sur le retour à l'école ou l'usage des transports lors d'une épidémie dont le bilan a dépassé 25.000 morts.

Mais les semaines qui s'écoulent montrent que déconfiner une ville et à une plus grande échelle un pays, est plus complexe que confiner ses habitants. 329 maires d’Île-de-France, dont Anne Hidalgo, ont écrit une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander de repousser la réouverture des écoles à une date ultérieure au 11 mai, dénonçant un déconfinement "à marche forcée". Transports, écoles, retour au travail... Un défi s'annonce pour la maire de Paris, une des capitales les plus densément peuplées d'Europe, dans une région placée entièrement en zone épidémique rouge.

Comment va se dérouler la rentrée ?

>
39. Coronavirus : le casse-tête de la réouverture des écoles Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :

Les enseignants feront leur retour à l'école à Paris le 11 mai, les élèves étant eux attendus à partir du jeudi 14, selon un courrier du directeur de l'académie, la maire de Paris évoquant lundi le retour d'environ "15% des élèves" à cette date. "On estime qu'on devrait accueillir grosso modo pas plus de 15% des élèves parisiens le 14 mai. Ce sera progressif évidemment", affirme Anne Hidalgo. Elle assure ne pas être "dans une attitude de blocage", ajoutant que "si l'Éducation nationale décide d'ouvrir les écoles en mai" le rôle des maires est "de faire en sorte que les écoles soient prêtes".

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : un deuxième mort dans l'Ehpad toulousain atteint par le variant britannique

Une déclaration qui n'a pas plu à Jean-Michel Blanquer. "Ce n'est pas la maire de Paris qui définit le pourcentage, mais l'Éducation nationale", a répliqué le ministre sur BFMTV. "Par ailleurs c'est un roulement. Donc c'est tout-à-fait possible que vous ayez 15% d'élèves la première semaine, mais la seconde semaine vous n'aurez pas les mêmes 15% dans les classes, et ensuite ça va certainement monter au fil des semaines". 

Quelle sera l'organisation dans les transports en commun ?

Assurer le respect des mesures de sécurité dans les transports en commun, qui ne reprendront que progressivement, s'annonce comme un autre casse-tête. En temps normal, cinq millions de voyageurs empruntent tous les jours le métro, bus, RER ou train en Île-de-France.La présidente de la région Valérie Pécresse pense pouvoir transporter jusqu'à deux millions de personnes par jour à partir du 11 mai, à condition de lisser les horaires de travail. 

Pour contribuer à désengorger les transports en commun, 50 km de pistes cyclables supplémentaires sont mis en place à Paris. "Le 11 mai, nous aurons plusieurs sections prêtes" mais ce travail de transformation des voies va s'étaler dans le temps, promet l'adjoint aux Transports, Christophe Najdovski. 

"Il faut aller beaucoup plus loin", estime le candidat écologiste aux municipales à Paris, David Belliard, alors que les élus craignent un retour en force de la voiture individuelle, source d'embouteillages et de pollution, face aux craintes devant le Covid-19. Pour l'empêcher, le stationnement redeviendra payant le 11 mai, hormis le stationnement résidentiel qui restera gratuit jusqu'au 1er juin. Piétonnisation des rues, "élargissement des trottoirs", création de zones d'attente devant les magasins... l'"urbanisme tactique" va également prendre forme.

A lire aussi

500.000 masques en tissu cette semaine

Autre difficulté : la pénurie de masques. La maire de Paris a encore annoncé que "500.000 masques en tissu seront proposés dès cette semaine" aux plus de 70 ans, et distribués par les mairies d'arrondissement. D'autres, "arriveront à partir du 7 mai dans les pharmacies" pour les quelque 2 millions de Parisiens, qui devront se doter d'un document officiel sur le site de la Ville et le retirer, par tranche horaire, gratuitement. 

Dans Le Parisien, Anne Hidalgo assure que "Paris Plages" sera maintenu "dans une forme allégée" mais la maire "ne pense pas que la Fête de la musique puisse avoir lieu". Et si la mairie obtient l'autorisation pour rouvrir parcs et jardins, elle veillera à ce qu'il n'y ait ni attroupements, ni pique-nique ni pratique de sports collectifs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Paris Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants