3 min de lecture Environnement

Assemblée citoyenne pour le climat : la majorité veut "décrédibiliser le processus", dit Olivier Bost

ÉDITO - Emmanuel Macron se rend ce vendredi 10 janvier au soir devant la convention citoyenne pour le climat. 150 citoyens qui se retrouvent pour préparer des propositions à caractère écologique. Un dispositif qui inquiète la majorité.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Assemblée citoyenne pour le climat : la majorité veut "décrédibiliser le processus", dit Olivier Bos Crédit Image : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Sarah Ugolini

Emmanuel Macron se rend ce vendredi 10 janvier au soir devant la convention citoyenne pour le climat. 150 citoyens qui se retrouvent pour préparer des propositions à caractère écologique. Le président de la République a promis de reprendre sans filtre toutes ces propositions à l'Assemblée ou par référendum, ce qui commence à inquiéter dans les rangs du gouvernement et de la majorité.
 
Petit rappel, ce sont les citoyens qui ont demandés à interroger Emmanuel Macron, ce n’est pas le Président qui s’est invité. La précision a son importance car elle donne l’idée du fonctionnement, assez original, de cette assemblée citoyenne. Ils sont totalement libres et c’est effectivement ce qui commence à inquiéter.

Pour plusieurs ministres que j’ai vu ces derniers temps, il y a un biais dans cette initiative, un sérieux biais. Des Français tirés au sort,qui ont dit oui pour passer leurs week-ends à venir à Paris discuter d’écologie sont forcément intéressés par le sujet. Ce n’est pas seulement pour le plaisir de voir la tour Eiffel depuis le Conseil économique, social et environnemental où ils travaillent.

La deuxième lame du renoncement écologique de Macron

On s'inquiète qu’il en sorte des mesures radicales que les députés seront obligés de retoquer. Plusieurs dirigeants d’En Marche n’hésitent plus à décrédibiliser le processus. "Ça été conçu avec naïveté", confie l’un d’eux. "Ce n’est pas des gentils citoyens qui veulent la réussite du quinquennat", dénonce un autre. Leur crainte, c’est qu’il se passe la même chose qu’avec l’épandage des pesticides.

Des maires demandaient 150 mètres de distance avec les habitations et à la fin, pendant les vacances de Noël, le gouvernement à choisi moins de 10 mètres. Là c’est la même chose avec un risque identifié par un député de la majorité. "Ce cocktail explosif sera la deuxième lame du renoncement écologique d’Emmanuel Macron", assure-t-il.

L'Élysée veut y croire

Dans la majorité, il y a pourtant ceux qui veulent y croire. L’Élysée d’abord avec les conseillers d’Emmanuel Macron qui parlent d’un enfant du grand débat, d’un travail important dont ils attendent beaucoup. Stanislas Guerini, le patron de La République En Marche, vante aussi cette démarche indispensable à ses yeux pour "redonner du souffle à notre démocratie".

À lire aussi
Une rue près de la tour Eiffel à Paris, au douzième jour de confinement visant à freiner la propagation du Covid-19 en France. environnement
Coronavirus et confinement : "Une trêve passagère pour le climat," dit un médecin

Au-delà du risque, analyse un autre responsable du parti, il y a aussi deux cultures qui s’opposent avec leurs premières friction. C'est l'opposition entre celle des députés élus au suffrage et celle des citoyens tirés au sort, qui n’ont pas leurs contraintes. La démocratie participative, on en parle depuis longtemps. C’est un concept et  c'est finalement la première fois qu’elle est vraiment expérimentée.

Une convention transformée en piège ?

Tout dépendra quand même de ce qu’en fera Emmanuel Macron et comme il y a décidément pas mal de députés soucieux, certains y voient un autre risque. En effet, plus le Président ira sur les sujets d’écologie, plus il alimentera le vote écolo selon eux. C’est l’histoire de l’original préféré à la copie. Plus Emmanuel Macron en parle, plus il en fera une motivation dans le vote des français.

Personne ne lui recommande de faire l’autruche pour autant, mais d’être plus convaincant. Plusieurs fois Emmanuel Macron a dit qu’il avait changé sur les enjeux environnementaux. Pourtant jusque-là rien n’y a fait, les Français ont du mal à donner du crédit au Président sur ce sujet. C’est aussi pour ça qu’il a besoin de la convention citoyenne, sauf si elle se transforme en piège.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Écologie La République En Marche
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants