1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Valérie Bacot : en quoi cette affaire est-elle emblématique des violences faites aux femmes ?
4 min de lecture

Valérie Bacot : en quoi cette affaire est-elle emblématique des violences faites aux femmes ?

PODCAST - À 17 ans, Valérie Bacot tombe enceinte de son beau-père incestueux, qui devient son mari. Pendant des années, elle va vivre l'enfer et subir l'emprise de cet homme qui ira jusqu'à la prostituer.

Valérie Bacot a été reconnue coupable d'avoir tué son mari violent en juin 2021.
Valérie Bacot a été reconnue coupable d'avoir tué son mari violent en juin 2021.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
47. Affaire Valérie Bacot : quand tuer son mari violent devient le seul moyen de survivre
00:28:27
PORTRAIT - Qui est Valérie Bacot, coupable d'avoir tué son mari violent ?
00:09:31
Marie Zafimehy

"L'affaire pour nous est emblématique, encore une fois, de ce que vivent les femmes victimes de violences conjugales, de l'emprise de cet homme qui l'a traitée comme une esclave." En 2018 sur RTL, Me Nathalie Tomasini présente l'histoire de sa cliente Valérie Bacot, accusée d'avoir tué Daniel Paulette, son mari violent. Depuis, un procès a eu lieu... et Valérie Bacot est ressortie libre du tribunal.

Dans Les Voix du crimeMe Nathalie Tomasini revient sur cette affaire qui a marqué sa carrière, peut-être plus encore que celle impliquant Jacqueline Sauvage dont elle était aussi avocate. Et pour cause, l'histoire de Valérie Bacot est autrement plus sordide. "Je dirais que c'est l'histoire d'une petite fille qui va naître dans un foyer déjà dysfonctionnel. Ses parents vont se séparer très rapidement et cette petite fille voit arriver Daniel Paulette, qui est le nouveau petit ami de sa mère", raconte-t-elle. Puis les violences s'installent dans la petite maison de La Clayette (Saône-et-Loire) : viols, coups, insultes. 

À 17 ans, Valérie Bacot tombe enceinte. Son beau-père incestueux devient son mari. Ils s'installent ensemble, poussés par une mère qui "prend ombrage" de la situation, explique Me Nathalie Tomasini. À Beaudemont, la commune voisine où ils ont déménagé, Valérie Bacot donne naissance à ses quatre enfants et le calvaire continue... jusqu'à ce jour de mars 2016 où elle y met fin d'une balle dans la nuque de Daniel, qui, violence ultime, la forçait à se prostituer sur des aires d'autoroute.

La correctionnalisation du viol

Certes, les méfaits de Daniel Paulette ne sont pas restés totalement impunis : il a été condamné pour les violences sexuelles qu'il infligeait à Valérie Bacot lorsqu'elle était enfant... mais pas de manière efficace. "Il sera condamné pour agressions sexuelles et non pour viol, donc là, premier dysfonctionnement", relate Me Nathalie Tomasini.

À écouter aussi

Il y a ce qu'on appelle "correctionnalisation du viol" : plutôt que d'être jugé en Cour d'Assises pour un crime (viol), Daniel Paulette est jugé par un tribunal correctionnel pour un délit (agression sexuelle)... et la peine est moins lourde. La correctionnalisation du viol est un phénomène courant qui concerne 60 à 80% des dossiers de viols, selon une étude du tribunal de Bobigny datant de 2013-2014 citée par Le Monde diplomatique et l'association Innocence en danger. Les raisons peuvent être multiples : désengorger les cours d'Assises, obtenir un jugement plus rapide, ou ne pas risquer l'acquittement par manque d'éléments de preuve.

À l'issue de son passage devant le tribunal correctionnel, Daniel Paulette est condamné à deux ans et demi de prison... peine à l'issue de laquelle il retourne à La Clayette, chez Valérie qui vit toujours avec sa mère. C'est là qu'elle tombe enceinte pour la première fois.

"Tout le monde savait"

Comme de nombreuses femmes victimes de violences, plusieurs fois Valérie a tenté d'alerter les autorités. Elle s'est rendue à la gendarmerie, raconte-t-elle dans son livre Tout le monde savait (Fayard, 2021), mais ses plaintes n'ont jamais abouti. Au sein de sa famille aussi, au-delà de sa propre mère, les violences dont ses enfants et elle étaient victimes étaient sues.

Si bien que lorsqu'elle a été arrêtée un an après avoir tué Daniel et enterré son corps, Me Tomasini raconte avoir été contactée par une mère qui connaissait Valérie Bacot. "C'est une jeune femme qui avait inscrit ses enfants dans la même école que Valérie Bacot qui nous a contacté en nous disant qu'elle s'en voulait énormément parce qu'elle n'avait rien fait. Elle n'était pas allée vers cette jeune femme à la sortie de l'école lorsqu'elle la voyait avec ses enfants et que lorsqu'elle avait appris ce qui lui était arrivé, elle s'en était sentie en tant que femme, en tant que citoyenne responsable."

C'est ainsi que Me Tomasini devient avocate de Valérie Bacot avec sa consœur Me Bonnagiunta. Ensemble, elles s'attèlent à trouver un moyen de la faire sortir de prison pour de bon.

Le syndrome de femme battue

Me Nathalie Tomasini travaille à l'époque sur une proposition de loi avec la sénatrice Valérie Boyer : le texte prévoit la reconnaissance du syndrome de la femme battue. Pour l'avocate c'est évident que le cas de Valérie Bacot est emblématique de ce syndrome. Alors, ce sera sa ligne de défense : le discernement de sa cliente, sous emprise, était aboli lorsqu'elle a tiré sur Daniel Paulette, et elle doit être acquittée

Fin juin 2021, le verdict tombe. Valérie Bacot n'est pas acquittée mais la cour est clémente. L'accusée n'est condamnée qu'à quatre ans de prison dont un ferme. Or, elle a déjà fait un an de détention, elle est donc libre. "Une cour de justice française a enfin reconnu la notion d'emprise, la notion de syndrome de femme battue. Et pour moi, c'est extrêmement important. C'est une victoire immense !" se félicite Me Tomasini.

Aujourd'hui, Valérie Bacot essaie de se reconstruire avec ses enfants et ses petits-enfants, même si elle le dit, Daniel Paulette est toujours présent dans son esprit. Elle sursaute encore lorsque quelqu'un approche derrière elle, et le linge est toujours plié comme il le souhaitait.

Abonnez-vous à ce podcast

>> Les Voix du crime sont avocats ou avocates, enquêteurs ou enquêtrices, proches de victimes, de suspects ou de coupables. Ces témoins-clefs se confient au micro des journalistes de RTL. Des témoignages inédits, qui apportent un éclairage nouveau sur la justice et les grandes affaires criminelles d’aujourd’hui.


Deux fois par mois, l'une de ces Voix du crime nous raconte son point de vue sur une affaire criminelle. Un podcast RTL.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/