1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : 3 questions autour de cette affaire
2 min de lecture

Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : 3 questions autour de cette affaire

ÉCLAIRAGE - Mardi 3 novembre, l'une des chefs de file des "Barjols", un groupe proche des identitaires soupçonné de vouloir s'en prendre à Emmanuel Macron, a été placée en garde à vue.

Emmanuel Macron, avec Christian Estrosi, maire de Nice, le 29 octobre 2020, sur les lieux de l'attentat de la basilique Notre-Dame de l'Assomption
Emmanuel Macron, avec Christian Estrosi, maire de Nice, le 29 octobre 2020, sur les lieux de l'attentat de la basilique Notre-Dame de l'Assomption
Crédit : ERIC GAILLARD / POOL / AFP
signature paul turban
Paul Turban
Journaliste

Une aide-soignante à la retraite a été arrêtée ce mardi 3 novembre par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). La raison ? Elle est soupçonnée d'être l'une des têtes du groupe des "Barjols", proche de l'extrême-identitaire, qui aurait fomenté un projet d'action violente contre le président Emmanuel Macron

Selon Le Point, qui a révélé l'information confirmée par l'AFP, un des hommes déjà interpellé dans cette affaire a présenté l'ex-aide soignante comme "l'instigatrice de leurs projets". Parmi ceux-ci, les "Barjols" auraient voulu poignarder le chef de l'État lors d'un bain de foule dans l'est de la France. 

Dans cette affaire, huit personnes ont déjà été mises en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et détention d'armes non autorisée en relation avec une entreprise terroriste.

Que sait-on du projet d'attentat ?

Les quatre premiers suspects arrêtés le 6 novembre 2018 ont avoué qu'ils prévoyaient de poignarder Emmanuel Macron lors d'un bain de foule le 7 novembre de la même année, lors des commémorations de l'armistice de la Grande Guerre à Charleville-Mézières. À l'époque, ces arrestations avaient été conduites à la suite de communications de plus en plus pressantes laissant soupçonner un passage à l'acte imminent. 

Qui est Jean-Pierre Bouyer, arrêté avec un poignard ?

À lire aussi

Au cœur de l'enquête se trouvait en 2018 Jean-Pierre Bouyer, un retraité de 62 ans. Il avait été arrêté en Moselle, en possession d'un poignard, alors qu'Emmanuel Macron effectuait dans la région un "itinéraire mémorielle" pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Un "hasard", avait défendu un ami. Il était, pour l'Isère, l'administrateur de la page Facebook des "Barjols". 

Qu'est-ce que le groupe des "Barjols" ?

"Les Barjols" sont un groupe hétérogène proche de l'extrême-droite identitaire. Créé en septembre 2017, après l'élection d'Emmanuel Macron, le groupe avait été démantelé en novembre 2018. Denis Collinet, le président-fondateur du groupe, expliquant en 2018 à l'AFP qu'il s'agissait d'un mouvement "patriotique" et "surtout apolitique", revendiquant 4.770 membres dans toute la France. Il se disait ouvertement hostile aux "directives européennes", à "l'immigration massive" et à "la montée de l'islam". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/