1 min de lecture Manifestations

Les violences policières sont-elles plus nombreuses qu'avant ?

FACT CHECKING - Les violences policières ont-elles vraiment augmenté ? Le rapport des forces de l'ordre avec la population se complique et le sentiment que la violence est omniprésente grandit.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Les violences policières sont-elles plus nombreuses qu'avant ? Crédit Image : Eric Dessons/JDD/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Charles Deluermoz

Le rapport des forces de l'ordre avec la population se complique et le sentiment que la violence est omniprésente grandit. À tel point que Christophe Castaner s’est exprimé sur le sujet samedi 11 janvier depuis la place Beauvau, affirmant que l'usage de la force par la police doit être "proportionnée".

Mais les violences policières ont-elles vraiment augmenté ? La réponse à cette question ne peut être apportée par des chiffres officiels car aucune statistique ne recense les éventuels excès des forces de l’ordre.

En revanche, il existe l'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale qui recense les violences à l’égard des personnes dépositaires de l’autorité comme les policiers, les pompiers et les gendarmes. Selon Le Figaro, en août 2019, plus de 23.000 faits de violences auraient ainsi été recensés envers les forces de l’ordre.

Si l'on ignore les chiffres d’éventuelles violences envers la population, le sentiment qu'elle sont plus nombreuses grandit. Tout a changé avec la mobilisation des gilets jaunes. Mains arrachés, œil crevés : des manifestants violents, une réponse violente. L’utilisation massive du LBD, avec 20.000 tirs d’après l’Inspection générale de la police national (IGPN), c’est du jamais vu au niveau de l’Union européenne. 

212 enquêtes confiées à l'IGPN

À lire aussi
Emmanuel Macron pris à partie par des gilets jaunes le 14 juillet aux Tuilleries Gilets jaunes
VIDÉO - Emmanuel Macron pris à partie par des "gilets jaunes" aux Tuileries

Au total, le parquet de Paris a confié 212 enquêtes à l'IGPN pour des faits présumés de violences policières. Deux policiers ont été renvoyés devant un tribunal pour des faits de violence. Mais l’IGPN est accusée de minimiser car elle est placée sous la direction générale de la Police nationale. Ce qui n’est pas le cas en Angleterre ou en Belgique par exemple. 

Enfin, les réseaux sociaux jouent un rôle important. Des vidéos amateurs permettent d’identifier des auteurs de violences et mettent une loupe sur d’éventuels dérapages. Mais le tri est difficile donc la prudence est de mise. La confiance, elle, est toujours une affaire de sensibilité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations Violences Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants