1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les infos de 8h - Accusée d'espionnage, la filiale France d'Ikea jugée à partir de ce lundi
2 min de lecture

Les infos de 8h - Accusée d'espionnage, la filiale France d'Ikea jugée à partir de ce lundi

Ce lundi 22 mars s'ouvre le procès de la filiale française d'Ikea, qui est accusée d'avoir espionné ses salariés et des clients.

Photo prise le 13 janvier 2021 à Saint-Herblain. La filiale Française d’Ikea et 15 personnes, dont d’anciens dirigeants, seront jugées le 22 mars 2021, accusées d’espionnage illégal de personnel et de clients.
Photo prise le 13 janvier 2021 à Saint-Herblain. La filiale Française d’Ikea et 15 personnes, dont d’anciens dirigeants, seront jugées le 22 mars 2021, accusées d’espionnage illégal de personnel et de clients.
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Les infos de 8h - Justice : ouverture du procès d'Ikea accusé d'espionnage
10:35
Le journal RTL de 8h du 22 mars 2021
10:35
Anne Le Henaff - édité par Camille Guesdon

La filiale française du géant suédois Ikea est accusée d'avoir surveillé d'un peu trop près ses salariés. Des centaines de personnes auraient ainsi été espionnées. L'affaire avait été révélée il y a 9 ans. Le procès s'ouvre ce lundi 22 mars devant le tribunal correctionnel de Versailles.

15 personnes sont mises en examen. Des responsables d'Ikea et des policiers sont jugés pour avoir mis en place ce système d'espionnage des salariés voire de certains clients dans plusieurs magasins, notamment grâce à des informations récupérées dans les fichiers de la police. L'avocate Anne-Solène Bouvier défend une trentaine de parties civiles : "C'est illégal bien évidemment, l'employeur a le droit de surveiller l'activité de ses salariés mais il n'a en aucun cas le droit de s'approprier des éléments relevant de sa vie privée. Ils voulaient avoir des renseignements vastes pouvant aller du passé judiciaire des salariés à leurs revenus pour faire pression sur eux".

Pour l'un des plaignants qui est aussi leader syndical de Force ouvrière dans le magasin Ikea de Franconville, il a découvert qu'Ikea avait un dossier de 55 pages sur lui : "Ils ont vraiment monté une enquête sur moi et mon entourage. J'en ai pleuré et j'ai eu peur (...) Comment des gens peuvent faire ça ? Ils ont gâché des vies".

Les responsables d'Ikea risquent jusqu'à 10 ans de prison et de lourdes amendes. L'entreprise pourrait écoper d'une amende de 3.750.000 d'euros.

À écouter également dans ce journal

À lire aussi

Coronavirus - Hier, 6.500 personnes ont défilé pour le carnaval de Marseille sans masque et mesures barrière. Il y a eu une dizaine d'interpellations en fin de journée.

Justice - Ce lundi s'ouvre le premier jour du procès des "gilets jaunes" ayant saccagé l'Arc de Triomphe le 1er décembre 2018. Des manifestants avaient forcé l'entrée du monument historique faisant un million d'euros de dégâts. Dix personnes sont poursuivies mais les organisateurs n'ont jamais pu être identifiés.

Coronavirus - Plus de 4.400 personnes sont désormais en réanimation en France. C'est le chiffre le plus élevé depuis fin novembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/