1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Jean-Marie Le Pen relaxé pour ses propos sur la "fournée"
2 min de lecture

Jean-Marie Le Pen relaxé pour ses propos sur la "fournée"

L'ancien président du Front national a été relaxé ce vendredi 29 octobre par le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos sur la "fournée" en 2014.

Jean-Marie Le Pen, le 14 janvier 2021
Jean-Marie Le Pen, le 14 janvier 2021
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Sarah Belien & AFP

Jean-Marie Le Pen ne sera pas sanctionné par la justice. Le tribunal correctionnel de Paris a décidé de relaxer l'ex-président du Front national (FN) ce vendredi 29 octobre. Ce dernier était jugé pour provocation à la haine raciale, sept ans après sa phrase sur la "fournée" qui avait suscité un tollé.

Le tribunal a reconnu que les propos de Jean-Marie Le Pen avaient pour cible la communauté juive, car "le mot fournée" renvoyait à "l'image quand bien même symbolique du processus d'extermination systématique des Juifs d'Europe", a expliqué la présidente du tribunal. Cependant, il ne s'agissait pas d'un appel à la discrimination et à la violence, mais d'"une jubilation pour faire un bon mot face à un auditoire acquis" à Jean-Marie Le Pen, a jugé le tribunal.

Dans une vidéo diffusée en juin 2014 sur le site du Front national, Jean-Marie Le Pen s'en était pris à de nombreux artistes engagés contre l'extrême droite, tels que Madonna, Guy Bedos ou encore Patrick Bruel, d'origine juive. L'ancien leader du FN avait alors déclaré : "Écoutez, on fera une fournée la prochaine fois !". Des propos qui lui avaient valu une mise en examen le 9 février 2017.

L'ex-candidat à l'élection présidentielle, âgé de 93 ans, n'était pas présent à l'énoncé du jugement. Mais il a tout de même réagi auprès de l'AFP : "Les faits l'ont emporté sur la malveillance. Je me réjouis que dans cette affaire qui était évidente le tribunal a jugé suivant le droit".

"Un faute politique" pour Marine Le Pen

À écouter aussi

Dans cette affaire, le Parlement européen avait levé son immunité parlementaire. Marine Le Pen avait, quant à elle, condamné ses propos et qu'elle qualifiait de "faute politique". Un des vice-présidents du parti d'extrême droite, Louis Aliot, avait lui aussi décrit ce terme comme "stupide politiquement et consternant".

Jean-Marie Le Pen se défendait alors : "Le mot 'fournée' que j'ai employé n'a évidemment aucune connotation antisémite, sauf pour des ennemis politiques ou des imbéciles", avait réagi Jean-Marie Le Pen. "S'il y a des gens de mon camp qui l'interprètent de cette manière, c'est que ce sont des imbéciles !".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur