1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Incidents au Stade de France : ce serait "un scandale" s'il n'y a plus les vidéos, réagit sur RTL le sénateur Buffet
2 min de lecture

Incidents au Stade de France : ce serait "un scandale" s'il n'y a plus les vidéos, réagit sur RTL le sénateur Buffet

Après avoir auditionné plusieurs acteurs essentiels du chaos de la soirée du 28 mai, François-Noël Buffet s'est insurgé contre la disparition des vidéos de surveillance du Stade de France.

Des supporters de Liverpool coincés aux portes du Stade de France le 28 mai 2022
Des supporters de Liverpool coincés aux portes du Stade de France le 28 mai 2022
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Incidents au Stade de France : ce serait "un scandale" s'il n'y a plus les vidéos, réagit sur RTL le
00:09:28
Incidents au Stade de France : ce serait "un scandale" s'il n'y a plus les vidéos, réagit sur RTL le sénateur Buffet
00:09:28
Thibault Nadal

Douze jours après les incidents qui ont émaillé l'avant-match de la finale de la Ligue des Champions, le maire de Liverpool, Steve Rotheram, plusieurs décisionnaires de la FFF et le préfet Didier Lallement étaient auditionnés ce jeudi par le Sénat.

Une commission sénatoriale dirigée par François-Noël Buffet. Sur RTL, le sénateur LR du Rhône a certifié que seulement "2.536 faux billets avaient été scanné aux portiques du stade". Un chiffre (très) éloigné de ceux de Didier Lallement ou Gérald Darmanin qui affirment qu'entre 30.000 et 40.000 personnes venues sans billets ont tenté de pénétrer dans le Stade de France. "On est incapables de prouver qu'il y avait 35.0000 personnes sans billets ou avec des faux", a-t-il assuré.

Durant cette commission, Didier Lallement a reconnu que ces incidents étaient un "échec". Par ailleurs, un doute a plané sur la possibilité de voir les vidéos de surveillance du Stade de France effacées pour cause de dépassement du délai de 7 jours pour les réclamer.

"La réalité de la procédure, c'est que pour préserver la vie privée, il y a un délai (sept jours pour réclamer les images NDLR) ou la vidéo est écrasée", explique François-Noël Buffet. "Pour la conserver, il faut que l'autorité, qui s'appelle le ministre ou le préfet demande au procureur de la République la conservation, or semble-t-il cela n'aurait pas été fait. Si c'est cela, c'est un véritable problème, éventuellement un vrai scandale", ajoute-t-il. "Parce que le seul moyen que l'on a de vérifier les propos des uns et des autres (...) ce sont les vidéos, sinon on ne saura jamais la vérité", conclut le sénateur.

À lire aussi

Dans la soirée, la Préfecture de police de Paris a publié un tweet afin de clarifier la situation. "Les images en possession de la préfecture sont évidemment toujours à la disposition de la justice, dans le cadre de réquisitions dressées dans une enquête pénale", précise la communication. "Ne confondons pas images de la police et images d'un opérateur privé", a ajouté la préfecture.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/