1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Incidents au Stade de France : récit d'une soirée chaotique minute par minute
5 min de lecture

Incidents au Stade de France : récit d'une soirée chaotique minute par minute

Supporters bloqués devant le stade ou encore coup d'envoi retardé, la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid samedi 28 mai a été émaillée de nombreux incidents.

Vinicius Junior et Karim Benzema avec le Real Madrid le 28 mai 2022 au Stade de France
Vinicius Junior et Karim Benzema avec le Real Madrid le 28 mai 2022 au Stade de France
Crédit : JAVIER SORIANO / AFP
Incidents au Stade de France : que s'est-il passé lors de cette soirée ?
00:04:16
Cindy Hubert & Théo Putavy - édité par Florine Boukhelifa

Samedi 28 mai, la fête qui devait précéder la finale de la Ligue des champions a été gâchée et s’est ensuite transformée en véritable chaos. Au total, des milliers de spectateurs sont restés bloqués à l’entrée du stade, retardant de plus de trente minutes le coup d’envoi de la finale entre le Real Madrid et Liverpool.

Pour avoir le fin mot de l'histoire, il faudra sans doute attendre encore un peu, mais les autorités - vivement critiquées par la presse étrangère - parlent d'un nombre massif de billets qui n'étaient pas authentiques, "30.000 à 40.000", selon la ministre des Sports sur RTL. Certains auraient largement fait illusion, achetés en partie sans doute de bonne foi par des fans en amont. Les milliers de supporters concernés se sont donc retrouvés coincés au tourniquet du deuxième contrôle, avec peut-être également des dysfonctionnements des machines pour les vrais billets. Le préfet de police a décidé de saisir le Procureur pour identifier les responsables de cette fraude. 

Découvrez, minute par minute, le récit d'une soirée, initialement festive, transformée en véritable chaos.

17h30 : départs de la fan-zone et problèmes de RER B

Deux fan zones avaient été mises en place afin de servir de point de ralliement pour les supporters de deux équipes avec ou sans billet pour le match. Une à Saint-Denis pour les Madrilènes, attendus en petit nombre en plus des 22.000 places qui leur étaient réservées dans les stades. Et une autre sur le cours de Vincennes près de la place de la Nation à Paris, pour les supporters des Reds. 

À lire aussi

Près de 40.000 Anglais étaient attendus à Paris, sans avoir de billet pour le stade. Très tôt dans la journée, la fan zone s'est remplie d'une marée rouge. Mais, aux alentours de 17h30, des messages se sont affichés sur les écrans géants. Ils demandaient aux fans ayant des billets pour le match de se diriger au plus vite vers le stade de France. Les autorités craignaient qu'ils ne puissent pas accéder à Saint-Denis en raison de grèves affectant le RER B. 

19h15 : difficultés d'accès au parvis du stade de France

Les supporters anglais sont donc venus au stade de préférence par le RER D. Ils se sont retrouvés face à seulement 4 accès de préfiltrage, alors qu'il y avait 13 accès à la sortie du RER B, rapporte l'AFP.

La situation a commencé à dégénérer à partir de 19h15 lors du premier filtrage. Les agents de sécurité doivent contrôler l'accès au parvis uniquement pour ceux qui ont un billet. La signalisation est très mauvaise et les supporters de plus en plus apeurés. Sur des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on aperçoit un amas de personnes bloquées aux abords du stade de France.

20h : les stadiers dépassés

Finalement à 20 heures, après plusieurs mouvements de foule, les stadiers sont complètement dépassés. Selon plusieurs témoignages, ils ne sont plus capables de contrôler qui que ce soit et le parvis est alors parsemé de personnes qui n'ont pas du tout de billet. Certains vont alors escalader les grilles pour pénétrer dans l'enceinte. Les forces de l'ordre font usage de gaz lacrymogène sur des supporters brandissant leurs tickets, coincés derrière les grilles du stade.

20h45 : intrusions et début du match reporté

À quinze minutes du coup d'envoi, des centaines, voire des milliers, de supporters - principalement de Liverpool - tentent encore d'accéder aux tribunes. L'UEFA décide donc de retarder de 15 minutes puis 36 minutes le début de la finale.

Le match démarre enfin à 21h36, mais certains supporters sont toujours derrière les grilles. "En 35 ans, c'est la pire expérience de ma vie et à cause de la police", explique alors un supporter au micro de RTL. "J'avais mon billet et suis arrivé deux heures avant, mais ils ont fermé les grilles sans aucune explication. La police nous a repoussés, donné des coups de matraque et on leur disait qu'on avait nos billets, j'ai même montré mon portable avec mon billet à 200 euros", poursuit-il. Certains fans ne réussiront d'ailleurs à rentrer qu'à la mi-temps.

21h36 : la finale commence

Le spectacle, sur le terrain, peut enfin commencer. Mais difficile d'occulter ce qu'il se passe encore en dehors de l'enceinte dyonisienne. La rencontre se déroulera dans le calme en tribunes tandis qu'aucun incident majeur ne sera signalé dans la fan zone du cours de Vincennes où des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées. 

23h31 : fin du match plutôt calme

Au coup de sifflet final, sacrant pour la quatorzième fois le Real Madrid, l'évacuation du stade de France s'est plutôt bien passée même si plusieurs supporters se sont plaints de la fermeture de certains transports en commun pour rallier Paris après avoir suivi l'ensemble de la cérémonie dans le stade. 

Dans la fan zone à Paris, l'évacuation des supporters n'a pas non plus engendré de débordements. Toutefois, certains Anglais ont déploré l'usage de gaz lacrymogène des forces de l'ordre

Les faux billets désignés responsables

Pour justifier ces événements, un mauvais aiguillage de la foule qui a accentué les engorgements à cause d'une grève de RER a d'abord été avancé. Les supporters de Liverpool se sont retrouvés face à seulement quatre accès de pré-filtrage contre treize d'habitude. Ensuite, des effectifs de stadiers insuffisants pour gérer l'afflux, puis très rapidement dans la soirée l'UEFA et la préfecture de police ont désigné d'autres coupables dans leur version officielle : les faux billets.

Concernant d'éventuelles failles de la police, les autorités rappellent le nombre important de policiers et de gendarmes déployés, presque 7.000 pour tout l'événement. "Que faisaient des gens sans billets ou avec de faux billets aux portiques et comment se fait-il que des personnes ont pu passer les filtres alors qu'elles étaient uniquement là pour dépouiller les supporters", questionne Linda Kebbab du syndicat SGP police, selon qui il s'agit du fiasco de l'UEFA et non des forces de l'ordre.

"Certains gestes inadmissibles" dénoncés

"On a des remontées de terrain qui sont extrêmement gravissimes : on nous parle de supporters au sol avec des dizaines et des dizaines de personnes, notamment des Franciliens plutôt issus des quartiers populaires bien identifiés. Les gens n'osaient même plus marcher en dehors des endroits où ils étaient visibles de la police", ajoute Linda Kebab.

Des jeunes Français sans maillot ni écharpe étaient en effet là en nombre et ont contribué en partie à semer la panique en forçant les contrôles, en s'attaquant aux stadiers et aux supporters ou encore en multipliant les vols, confirment plusieurs sources. "Il faudra aussi s'interroger sur certains gestes inadmissibles", souffle une source sécuritaire très haut placée. Le gaz lacrymogène à tout va ou les coups de matraque en terrasse de café sont désastreux pour l'image.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire