1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Coronavirus : 43 victimes attaquent l'État en justice pour sa gestion de la crise
2 min de lecture

Coronavirus : 43 victimes attaquent l'État en justice pour sa gestion de la crise

VU DANS LA PRESSE - Ils sont 43 victimes et proches de morts du coronavirus à avoir engagé un recours en justice contre l'État. Ils dénoncent une mauvaise gestion de la crise par le gouvernement et réclament un fonds d'indemnisation.

Des policiers et des personnels soignants à la garde de Mulhouse le 29 mars 2020
Des policiers et des personnels soignants à la garde de Mulhouse le 29 mars 2020
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Sarah Ugolini

C'est une première depuis l'apparition du coronavirus en France. 43 victimes et ayants droit de morts du Covid-19 ont engagé un recours en justice commun contre l’État. Ils dénoncent la mauvaise gestion de la crise sanitaire par le gouvernement et réclament la création d’un fonds d’indemnisation, sur le modèle de ce qui existe pour l’amiante.

C'est Le Parisien qui révèle ce recours collectif fondé, selon l'avocat des victimes, sur les négligences de l'État de l'épidémie. "Ce sont les carences et la mauvaise gestion de la maladie qui motivent l'action", assure Me Loris Palumbo, à l'origine du recours, au quotidien. 

Pour les victimes du coronavirus ou proches de personnes décédées du virus, l'État ne les a pas protégées du Covid-19, dont il connaissait déjà l'existence depuis plusieurs mois. Elles dénoncent le confinement tardif, le manque de masques ou encore l'absence de dépistage au début de l'épidémie en France. 

Création d'un fonds d'indemnisation pour les victimes

Selon l'avocat, le but n'est pourtant pas de fustiger des responsables. "Il s'agit d'une action administrative, il n'est pas question de clouer au pilori tel ou tel ministre, mais d'obtenir d'abord un statut de victimes pour nos clients et de réclamer des indemnités devant le prétoire s'il le faut", ajoute l’avocat auprès du Parisien. La création d'un fonds d'indemnisation pour les victimes, similaire à celui qui existe pour l'amiante, est notamment demandée.

À écouter aussi

"Si l'on n'avait rien su de ce virus, je me serais résignée à la fatalité mais ce n'était pas le cas. Même Agnès Buzyn a reconnu avoir prévenu le Premier ministre dès janvier. Si le gouvernement avait pris des mesures, j'aurais empêché ma mère d'aller au bridge", s'insurge auprès du Parisien la fille d'une malade touchée par le coronavirus, alors qu'elle se soignait contre le cancer. Sa mère a dû arrêter sa chimiothérapie et elle craint que le cancer ait progressé. 

55 plaintes déjà déposées contre des ministres

D’après 20 minutes, depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, 55 plaintes ont également été adressées à la Cour de justice de la République (CJR), contre les ministres du gouvernement. C'est la seule instance capable de juger les ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Ces plaintes sont en premier lieu dirigées contre le Premier ministre Édouard Philippe, et le ministre de la Santé Olivier Véran.

Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, sont également concernés par ces plaintes formulées par des citoyens, des collectifs ou encore des syndicats. Avec ce recours collectif, les victimes souhaitent interpeller le pouvoir et obtenir un vrai statut de victime et les indemnités compensatoires qui en découlent. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/