1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Fillon : quand le candidat déçu à la présidentielle 2017 a été condamné
2 min de lecture

Affaire Fillon : quand le candidat déçu à la présidentielle 2017 a été condamné

LES GRANDS PROCÈS DE 2020 (3/7) - L'affaire Fillon a été un fait politique majeur dans la campagne présidentielle de 2017. En 2020, François et Penelope Fillon ont été condamnés par la justice.

François Fillon le 14 avril 2017.
François Fillon le 14 avril 2017.
Crédit : Pascal GUYOT / AFP
signature paul turban
Paul Turban
Journaliste

En 2017, cela avait été un fait politique majeur qui avait rebattu les cartes dans la course à l'Élysée. En 2020, ce fut à la justice de se prononcer sur cette affaire d'emploi fictif. En première instance, François et Penelope Fillon ont été condamnés. Ils ont fait appel

L'importance de ce procès ne résidait pas tant dans la comparution d'un ex-Premier ministre français. Si le dénouement judiciaire de l'affaire était scruté, c'est que François Fillon, longtemps favori dans la course présidentielle de 2017, a toujours plaidé son innocence, et n'avait pas manqué de dénoncer l'existence d'un "cabinet noir" à l'Élysée à l'origine de cette accusation, selon lui mensongère. 

Aussi, un désaveu des accusations portées contre François Fillon par la justice n'aurait pas manqué d'être utilisé par l'ancien candidat et ses proches pour dénoncer une "élection volée". Il n'en fut rien, puisque l'ancien chef du gouvernement a été condamné à cinq ans de prison dont deux ferme

Penelope Fillon a été quant elle condamnée à 3 ans de prison avec sursis pour ses emplois fictifs. Plus d'un million d'euros doivent aussi être remboursés à l'Assemblée nationale. Le couple a fait appel de sa condamnation

Une justice sous contrôle ?

À lire aussi

À quelques jours de la décision de la justice, rendue le 29 juin, on avait appris, le 10 juin, qu'Éliane Houlette, qui dirigeait le parquet national financier en 2017, avait lors d'une audition parlementaire évoqué des "demandes d'information" incessantes provenant du parquet général, et "des pressions" pour ouvrir une information judiciaire

Face à de telles déclarations, fermement dénoncées par nombre d'acteurs dans cette affaire, François Fillon avait demandé la réouverture de son procès, mais se l'était vue refuser. Emmanuel Macron avait décidé de saisir le Conseil supérieur de la magistrature (CNM). En septembre 2020, son rapport a estimé que "la justice [avait] fonctionné de manière indépendante." 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/