1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Pourquoi le monde du sport boycotte les réseaux sociaux ce week-end ?
2 min de lecture

Pourquoi le monde du sport boycotte les réseaux sociaux ce week-end ?

Les instances et clubs du football anglais ont annoncé un boycott du 30 avril au 3 mai avant d'être rejoints par une large partie du monde sportif.

Les réseaux sociaux regorgent de messages haineux et discriminatoires (illustration)
Les réseaux sociaux regorgent de messages haineux et discriminatoires (illustration)
Crédit : AFP
Quentin Marchal & AFP

C'est un acte fort du monde du sport pour protester contre le racisme. À compter du vendredi 30 avril à 15h et jusqu'au lundi 3 mai à 23h59, les clubs et autorités du football anglais seront absents de Facebook, Twitter et Instagram. L’objectif de ce mouvement, rejoint par l'UEFA, la Fifa et plusieurs sportifs, est de protester contre les insultes discriminatoires et racistes dont sont victimes de nombreux footballeurs et footballeuses sur les réseaux sociaux.


“En tant que collectif, le football reconnaît la portée et la valeur considérables des réseaux sociaux pour notre sport. Cependant, le boycott montre que le football anglais se rassemble pour souligner que les entreprises de réseaux sociaux doivent faire plus pour éradiquer la haine en ligne, tout en soulignant l’importance d’éduquer chacun dans la lutte continue contre la discrimination” peut-on lire dans un communiqué publié sur le site de la Premier League, le championnat anglais.

Par le passé, plusieurs clubs et personnalités avaient adopté cette mesure radicale. Les équipes de Birmingham, des Glasgow Rangers et de Swansea s'étaient absentés des réseaux sociaux durant l'ensemble du mois d'avril tandis que le meilleur buteur des Bleus et légende d'Arsenal, Thierry Henry, avait annoncé le 26 mars, qu'il les quittait également, se disant "lassé du racisme et du harcèlement" qui y règnent.

Une vague de soutien internationale

En février dernier, les autorités du football anglais avaient envoyé une lettre ouverte aux réseaux sociaux Facebook et Twitter, en demandant instantanément le retrait et blocage rapide des messages haineux publiés. 

À lire aussi

Twitter avait répondu qu’il n’entendait pas censurer les commentaires venant de comptes anonymes, indique l’Agence France Presse. Les instances du football anglais réitèrent donc leurs demandes pour démontrer que le football “est prêt à prendre des mesures volontaires et proactives dans ce combat permanent”.

D'autres organisations britanniques, comme les fédérations de rugby ou de cyclisme, ainsi que les Fédérations anglaise et galloise de cricket se sont jointes au mouvement, tout comme la fédération française de rugby mais aussi les entreprises Nike et Adidas

Si la F1 a déclaré, jeudi 30 avril, soutenir le mouvement, sans y prendre part, plusieurs pilotes de Formule 1 ont embrayé, dont le septuple champion du monde Lewis Hamilton, très engagé contre le racisme. Ses compatriotes du paddock, Lando Norris et George Russell,  mais aussi le Finlandais Valtteri Bottas, le Néerlandais Max Verstappen, le Monégasque Charles Leclerc et le Français Esteban Ocon y prendront également part.

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession à la reine Elizabeth II et président (d'honneur) de la fédération anglaise de football (FA) a également annoncé se joindre "à la communauté entière du football" et arrêter ses activités sur les réseaux sociaux pour le week-end.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/