2 min de lecture Brésil

Jair Bolsonaro est une "catastrophe pour le Brésil", dit Natacha Polony

BILLET - Ce n'est pas la première fois que les relations se tendent entre la France et le Brésil. Mais les derniers échangent entre Bolsonaro et Macron font exploser les codes de la diplomatie. Mais comment en est-on arrivé là ?

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Jair Bolsonaro est une "catastrophe pour le Brésil", dit Natacha Polony Crédit Image : Jacques Witt / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Thomas Pierre

Il y a une échelle de la "Trump attitude", et sur cette échelle, Jair Bolsonaro est à 10 sur 10. Cela a commencé par son ministre de l'Éducation nationale qui avait traité Emmanuel Macron de "calhorda", un terme qui est à la croisée de "crétin" et connard". 

Et le président brésilien a renchéri en "likant" un post Facebook qui compare son épouse, âgée de 27 ans de moins que lui, à Brigitte Macron, avec le commentaire suivant : "Vous comprenez pourquoi Emmanuel Macron persécute Jair Bolsonaro". 

Il faut s'en souvenir mais Jair Bolsonaro avait déjà donné le ton avec des déclarations pendant sa campagne sur les femmes, sur les homosexuels, mais aussi avec des tabassages d'homosexuels, de militants de gauche, dans la plus pure tradition fasciste. 

Ce durcissement du discours politique, et donc de la politique, est inquiétant et amplifié par les réseaux sociaux, qui sont en train de faire exploser les codes de la civilité, mais aussi de la diplomatie. 

La déforestation multipliée par quatre

À lire aussi
Jair Bolsonaro, président du Brésil Brésil
Greta Thunberg est une "gamine", pour Jair Bolsonaro

Jair Bolsonaro est donc une catastrophe pour le Brésil et un danger public : 140 nouveaux pesticides autorisés, la déforestation multipliée par quatre depuis son arrivée au pouvoir. 

Pour autant, jusqu'à vendredi, l'Union européenne devait signer un traité de libre-échange avec le Mercosur. Une mesure justifiée par des ministres d'Emmanuel Macron car elle pouvait éviter que le Brésil bascule dans le camp de Trump. Jusqu'à vendredi, la déforestation, on fait semblant de penser que cela n'avait rien à voir avec l'agriculture industrielle. Comment dit-on "retournement de veste" en langage diplomatique ? 

Quand les juges brésiliens ont éliminé Lula de la course présidentielle, c'était un "coup d'état juridique", cela n'a pas dérangé plus que cela l'Union européenne. Jair Bolsonaro est néo-libéral, pro libre-échange, c'est pour cela que la bourgeoisie brésilienne et les intérêts financiers ont voté pour lui. Il est autoritaire et violent, cela a l'air plus acceptable que protectionniste, socialiste. Et finalement, il est là.

L'opinions publique contre les traités de libre-échange

Ce qui a changé dans la tête d'Emmanuel Macron, c'est que les opinions publiques se sont réveillées et refusent catégoriquement les traités de libre-échange. Même à la République en Marche, des députés sont contre. Non seulement parce que c'est incompatible avec l'écologie mais parce que cela va ruiner notre agriculture. 

Donc, les feux en Amazonie sont, en quelque sorte, les bienvenus, puisqu'ils servent d'excuse à un magnifique rétropédalage, qui nous permet en plus de consommer l'équivalent de trois planètes tout en discutant climat et Amazonie au G7.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Jair Bolsonaro Brigitte Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants