2 min de lecture Médicaments

Hydroxychloroquine : l'étude du Lancet est "une grosse arnaque", pour Andréa Bescond

BILLET - Andréa Bescond pointe du doigt "la grosse arnaque" de l'étude scientifique publiée dans "The Lancet" sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Hydroxychloroquine : l'étude du Lancet est "une grosse arnaque", pour Andréa Bescond Crédit Image : GERARD JULIEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Andréa Bescond

Tu es médecin, et quand la crise du Covid-19 a figé la France, tu as poursuivi ton activité car c’est ton serment, tu n’as même pas hésité. Tu as appliqué le protocole du Professeur Raoult qui consiste à associer de l’hydroxychloroquine à un antibiotique en phase précoce de la maladie. Et tu t’es fait une idée de son efficacité et de sa tolérance. Freiner une pandémie avec des médicaments existants, c’est inespéré ! 

Mais le 3 mars 2020, un décret limite la prescription des médecins de l’hydroxychloroquine à la suite des recommandations du Haut conseil de la Santé. Alors là, tu ne comprends plus rien. Pourquoi, soudainement, l’hydroxychloroquine devient dangereux, toxique et inapte, alors que le médicament a passé des décennies dans nos diverses prescriptions ? Il y a forcément une raison fiable.

Tu attends les résultats des diverses études, mais tu vas t’apercevoir qu’elles ont été effectuées sans respecter le protocole du Professeur Raoult, comme par exemple des prescriptions en deuxième phase de la maladie, des dosages non-respectés ou encore une non association à l’antibiotique, mettant donc en échec le traitement. 

Toi et tes collègues, vous décidez donc de proposer au ministre de la Santé Olivier Véran de conduire une étude chez 1.000 médecins malades du Covid-19, qui appliqueraient précisément le protocole du Professeur Raoult. Mais non. Il y aura quatre demandes qui mèneront à quatre refus. 

Tournant le 22 mai dernier

À lire aussi
Le Remdesivir est un des traitements évoqués coronavirus
Coronavirus : quels sont les traitements les plus prometteurs ?

Puis le 22 mai dernier, la très sérieuse revue médicale The Lancet publie les résultats de la société Surgisphère : résultats négatifs sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine qui a conduit l'OMS à suspendre ses essais cliniques sur le médicament dans le monde entier. 

Cette société a travaillé avec des chercheurs tels que.. J’aurais bien voulu vous le dire, mais ils ont tout effacé de leur site internet. Mais attention, on ne peut pas remettre en doute une étude menée sur les données de 96.000 patients dans 1.200 hôpitaux à travers 46 pays en un temps record par... onze employés de Surgisphère. Seulement onze. 

On peut raisonnablement se dire que c’est une grosse arnaque. Surtout que leur silence est assourdissant et que plusieurs des auteurs de l’étude se défilent aujourd’hui. Après cette perte de temps monumentale, serait-il possible d’effectuer une réelle étude sur cette hydroxychloroquine associée ? Dont il convient de rappeler qu’elle était en vente jusqu’au 15 janvier 2020 au prix de : 4 euros et 26 centimes. Mais à qui profite dont tout ça ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médicaments Études Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants