3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Nous voulons vivre !", lance Andréa Bescond au patron du Medef

BILLET - "Monsieur Roux de Bézieux, nous sommes de très nombreux Français à ne plus vouloir de cette croissance. Nous voulons vivre", demande Andréa Bescond, mardi 14 avril.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Coronavirus : "Nous voulons vivre !", lance Andréa Bescond au patron du Medef Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : Andréa Bescond | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Andréa Bescond édité par Gregory Fortune

Notre Président, Emmanuel Macron, s’est engagé à tirer toutes les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus. Il a dit que beaucoup de certitudes, de convictions seraient remises en cause. Il a dit que le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant.

Et pourtant, samedi dernier, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux - confiné dans sa résidence du Croisic, ah non, dans son appartement parisien, ah non, au siège du Médef, ah non, Geoffroy Roux de Bézieux, est au-dessus des directives de confinement strictes, c’est un homme trèèèèèès important -, a déclaré que les Français devront s’attendre à travailler "un peu plus", et ce en supprimant des jours fériés, en allongeant le temps de travail ou en jouant sur les congés payés.

L’important, pour Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, est de remettre la machine en marche et de reproduire de la richesse en masse pour la croissance, la croissance, la croissance. Monsieur Roux de Bézieux, nous sommes de très nombreux Français à ne plus vouloir de cette croissance. Nous voulons vivre.

La consommation excessive est morte

Andréa Bescond
Partager la citation

Il y a eu la crise des "gilets jaunes" en 2018, les grèves en 2019, le Covid-19 en 2020. Ne pensez-vous pas que c’est suffisant ? Ne pensez-vous pas que ce système inégalitaire nous a déjà sucé jusqu’à la moelle ? Nous ne voulons plus voir grandir vos comptes en banque. Nous voulons voir grandir nos enfants.

À lire aussi
Des personnes qui portent un masque à Argeles-sur-Mer, près de Perpignan, le 22 juillet 2020 coronavirus
Coronavirus : les masques jusqu'à deux fois moins chers à la rentrée ?

Nous voulons prendre soin de notre santé, nous voulons continuer à nous entraider car ces dernières semaines nous apprennent que l’HUMAIN sera toujours plus important que ces richesses et cette croissance, monsieur Roux de Bézieux. Oui, le PIB dégringole, oui, nous nous attendons à une récession économique exceptionnelle. Nous le savons mais ne voulons plus de ce système. Ce système libéral est mort. La consommation excessive est morte. 

Nous voulons VIVRE et non pas AVOIR. Nous voulons de l’éducation, nous voulons de la culture, nous voulons du service à l’humain, nous voulons de l’égalité, nous voulons de l’agriculture biologique locale. Et n’allez pas prétendre que ces activités ne généreraient pas d’économie, ce serait mensonge. On sait très bien que personne n’hésitera à nous faire passer à la caisse, mais ne comptez pas sur nous pour nous réduire en esclavage et vous permettre de garder votre niveau de vie. 

Ayez la décence de ne pas compter votre argent

André Bescond
Partager la citation

Nous comptons nos morts, ayez la décence de ne pas compter votre argent pendant que nos smicards, vous savez, ceux qui vivent avec moins de 2.000 euros par mois, ceux qui travaillent dans les hôpitaux, nos éboueurs, nos facteurs, nos caissières, nos pompiers, nos journalistes, nos pigistes, les régisseurs en radios et télés, nos soignants, nos travailleurs et plus majoritairement nos travailleuses mettent leur vie en danger dans cette crise sanitaire qu’aucun de vous, gens importants, politiques, dirigeants n’avaient anticipée. 

Et vous, au gouvernement, vous avez l’audace de nous demander d’envoyer nos enfants à l’école dès le 11 mai ? Vous nous demandez de mettre en danger nos familles et nos enseignants pour relancer l’économie ? Taisez-vous et comptez nos morts. Car ce n’est pas fini. Et réfléchissez aux propos de Steve Jobs, qui, en 2005, atteint d’un cancer avait prononcé ces mots : "La mort est très probablement la meilleure invention de la vie. C’est l’agent du changement dans la vie. Elle efface l’ancien pour faire place au nouveau".

Alors balayons l’ancien, balayons ce système et soyons résilients. Mais vraiment résilients. Pas seulement pour l’effet d’annonce.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants