2 min de lecture Migrants

États-Unis : émotion autour d'une photo d'un migrant et de sa fille morts

Un migrant salvadorien et sa fille d'environ deux ans se sont noyés en tentant de traverser le Rio Grande pour gagner les États-Unis depuis le Mexique le 23 juin. La photo choque toute l'Amérique.

Un Salvadorien et sa fille se sont noyés dimanche en tentant de traverser le Rio Bravo pour passer aux Etats-Unis.
Un Salvadorien et sa fille se sont noyés dimanche en tentant de traverser le Rio Bravo pour passer aux Etats-Unis. Crédit : STR / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Une photo qui n'est pas sans rappeler celle du petit Aylan, cet enfant de 3 ans retrouvé sur une plage de Bodrum, en Turquie en 2015. Deux corps, inertes, flottant dans l'eau, d'un Salvadorien et de sa petite fille d'environ 2 ans ont été découverts ce lundi 24 mars. Les photographies de ces deux cadavres ont fortement choqué l'opinion publique dans tout l'Amérique. Ils sont morts en tentant de traverser le Rio Bravo (aussi appelé Rio Grande) pour gagner les États-Unis depuis le Mexique

C'est une famille tout entière qui a tenté la traversée, selon le rapport judiciaire mexicain consulté par l'AFP. Le père, cuisinier de 25 ans, la mère, 21 ans, et leur petite fille sont arrivés à proximité de la frontière mexico-étasunienne la semaine précédente. Ils ont gagné Matamaros depuis le Salavador en traversant tout le Mexique. 

Dimanche 23 mars, la famille a tenté de traverser à la nage le fleuve qui la séparait des États-Unis. Le père a pris l'enfant sur son dos en la calant à l'intérieur de son T-shirt pour traverser le fleuve. Mais, emportés par des courants violents, tous deux se sont noyés sous les yeux de la mère, laquelle a pu retourner en vie sur la rive mexicaine. 

PODCASTS

Cacophonie mexicaine

La publication de la photographie des deux victimes a suscité l'indignation au Mexique. Le gouvernement y est critiqué vivement. Lundi 24 juin, le ministre de la Défense Luis Cresencio Sandoval a annoncé qu'un ordre a été donné aux militaires d'interpeller les clandestins dans le cadre de l'accord sur l'immigration récemment conclu avec Washington. Le président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador a démenti le lendemain l'information.

À lire aussi
Le centre de rétention administrative de Vincennes le 12 juin 2006. Migrants
Mort d'un jeune Tunisien au centre de rétention de Vincennes

Sous peine de sanctions économiques, les États-Unis ont poussé le Mexique à contrôler les flux migratoires transitant entre les deux pays. Un accord conclu le 7 juin a donné 45 jours à Mexico pour prendre des mesures. Il a d'ores et déjà déployé 15.000 hommes à la frontière nord et 6.500 à la frontière avec le Guatemala, au sud du pays. 

Remous aux États-Unis

Aux États-Unis, le sujet a aussi provoqué des remous. Human Rights Watch a révélé les conditions de vie sordides de 300 jeunes migrants dans un centre de détention du Texas près de la ville frontalière d'El Paso. Il a été vidé le 24 juin, et le chef par intérim de la police aux frontières, John Sanders, a annoncé sa démission. 

La lutte contre l'immigration clandestine est au cœur des combats de Donald Trump. "Inquiet" le 25 juin, il a appelé le Congrès à s'entendre sur un financements d'urgence des opérations à la frontière. Les quelques 4 milliards d'euros (4,5 milliards de dollars) votés dans la foulée par la Chambre des Représentants à majorité démocrate pourraient bien être bloqués. Le Sénat, à majorité républicaine (le parti de Donald Trump), a exigé qu'une partie de ces fonds soit dévolue aux forces de l'ordre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants États-Unis Mexique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants