1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Dorian : le réchauffement climatique est-il responsable de la force des ouragans ?
3 min de lecture

Dorian : le réchauffement climatique est-il responsable de la force des ouragans ?

L'ouragan Dorian a été rétrogradé dans la nuit du 2 au 3 août en catégorie 4. Il continue sa route vers les États-Unis. Ce genre de méga-cyclone pourrait se multiplier.

Image satellite de l'ouragan Dorian se rapprochant de Porto Rico, le 28 août
Image satellite de l'ouragan Dorian se rapprochant de Porto Rico, le 28 août
Crédit : HO / NOAA/RAMMB / AFP
Dorian : le réchauffement climatique est-il responsable de la force des ouragans ?
00:03:22
Dorian : le réchauffement climatique est-il responsable de la force des ouragans ?
00:03:22
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Paul Turban

Treize-mille maisons endommagées, cinq morts : l'ouragan Dorian est un monstre en son genre avec des vents en moyenne de 295 km/h, au départ classé en catégorie 5, la plus élevée en termes de dangerosité d’ouragan. Et même pour ce classement, il est considéré comme massif. 

C'est une des conséquences du dérèglement climatique. En fait, il n’y a pas plus de cyclones, ouragans et tempêtes mais elles sont plus puissantes. Avant, un ouragan comme Dorian pouvait se produire mais exceptionnellement. Là, après Matthew en 2016, Irma en 2017 sur les Antilles française, Florence et Michael en 2018, on voit s’installer une régularité des ouragans monstres dus au réchauffement climatique. L’Atlantique nord a connu 35 ouragans de catégorie 5 en un siècle, dont 13 depuis 2000. 

Un air plus chaud au contact de l’océan alourdit davantage la tempête en vapeur d’eau, donc en énergie. Récemment, Donald Trump aurait suggéré de bombarder l’œil du cyclone Dorian avec une ogive nucléaire, il faut être créatif mais ça n’aurait pas marché. Enfermer le cyclone dans une petite boite non plus, ce n’est pas possible. Des chercheurs travaillent sur le sujet mais rien de probant. On sait prévoir les cyclones mais pas lutter contre, d’où les terribles bilans à chaque passage. 

Un coût qui commence à être élevé

Les risques climatiques extrêmes commencent à chiffrer. Feux, tempêtes, inondations, etc., en 2018, le coût financier de ces catastrophes était de 100 milliards de dollars. En France, entre 2015 et 2018, les assureurs français ont versé annuellement 3,2 milliards à cause de la sécheresse, des inondations et des tempêtes. 

Le réchauffement climatique va faire chauffer nos polices d’assurance dans les prochaines années, ce qui va obliger les compagnies à faire de la pédagogie afin que leurs clients ne construisent pas de maisons n’importe où et surtout pas en zone inondable. Le réchauffement climatique, oblige à s'intéresser à notre prochain, le cauchemar des misanthropes.

Le plus

Des maires allemands pourraient aller en prison à cause de la pollution dans leurs villes. La justice européenne examinera ce mardi 3 septembre cette question inédite, dans un contexte électrique dans le pays autour du diesel. En Bavière, des élus refusent de bannir les diesels de leur cité. Des associations ont saisi la justice outre-Rhin, qui demande à l’Europe de se prononcer. Un acte symbolique mais qui montre un peu plus la judiciarisation du combat environnemental.

La note

5/20 au Président brésilien qui ne se rendra pas au sommet sur la forêt amazonienne. Il n’ira pas à cette réunion réunie à la frontière entre le Brésil, la Colombie et le Pérou qui devrait se tenir ce vendredi 6 septembre. Une opération chirurgicale le retient à Brasília mais Jair Bolsonaro a assuré qu’il viendrait défendre sa position sur la forêt amazonienne lors du sommet climat à l’ONU à la fin du mois. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires