1 min de lecture Incendie

Incendies en Amazonie : quelle est la part de responsabilité de la France ?

La culture du soja est un facteur important du ravage de la forêt amazonienne et la France est totalement dépendante de ces protéines essentielles à l'élevage d'animaux.

>
Incendies en Amazonie : quelle part de responsabilité pour la France ? Crédit Image : Lula SAMPAIO / AFP | Crédit Média : Le 12.45 | Date :
Logo de la chaîne M6
La rédaction de M6 édité par Nicolas Barreiro

Alors que l'Amazonie continue d'être ravagée par des incendies, se pose la question de la part de responsabilité de la France. Les éleveurs français sont en effet dépendants du soja brésilien pour nourrir leurs animaux. Or, le soja est l'une des principales cultures qui ravagent la forêt amazonienne. 

Pour nourrir en protéines végétales ses 150 bêtes, dont 80 vaches laitières, Pascal Delefortrie, éleveur à Bousbecque (Nord), utilise du soja. Cette farine hyper-protéinée permet de maintenir les rendements laitiers. Environ 200 euros par bête et par an, qu'il doit acheter à l'étranger. 

"Aujourd'hui, la France est en déficit de production par rapport à tout ce qui est protéines végétales, c'est importé on n'a pas le choix, on est obligé d'en utiliser", explique l'agriculteur.

Désormais, 58% des importations françaises de soja viennent du Brésil. Le géant d'Amérique du Sud en produit de plus en plus et vient même de devenir le premier exportateur mondial. Une culture qui demande des terres et qui pousse donc à la déforestation de l'Amazonie.

Pour Pascal Delefortrie, les accords économiques de libre-échange ont conduit, en partie, à ce désastre. "C'est le résultat des accords qui poussent les Américains du sud à produire plus pour exporter plus, comme on ouvre nos frontières à tous ces produits-là."

Une situation sur le point de changer

À lire aussi
La ville d'Annecy en Haute-Savoie Haute-Savoie
Annecy : un violent incendie en cours à la mairie

Il y a quelques jours Emmanuel Macron a annoncé vouloir développer la filière française du soja pour nourrir les animaux d'élevage. Une bonne nouvelle selon Vincent Rigo. Mais pour ce producteur spécialisé dans le soja destiné à l'alimentation humaine, il est important d'investir rapidement.

"Il faudra re-développer l'activité industrielle et l'activité de l'eau. [...] Cela ne se fera pas en un claquement de doigts, il faudra de gros moyens." explique le producteur de soja de Virazeil (Lot-et Garonne). La dépendance française au soja brésilien pourrait donc diminuer dans les années à venir, une évolution qui ne changera sans doute rien à l'avenir de la forêt amazonienne car 80% du soja brésilien est importé par un seul pays, la Chine. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie Brésil France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants