1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus en Europe : les deuxièmes confinements ont-ils fonctionné ?
2 min de lecture

Coronavirus en Europe : les deuxièmes confinements ont-ils fonctionné ?

L'Irlande, la France, ou encore le Royaume-Uni ont tous constaté une diminution du nombre de nouvelles infections quotidiennes.

Le personnel médical d'un hôpital, pendant la crise du coronavirus (illustration)
Le personnel médical d'un hôpital, pendant la crise du coronavirus (illustration)
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Victor Goury-Laffont

La tendance est désormais à la baisse, et les fêtes de fin d'année sont envisagées avec plus de sérénité, bien qu'une troisième vague au mois de janvier reste redoutée. Du milieu du mois d'octobre à novembre, plusieurs états européens, dont la France, ont progressivement décidé de se reconfiner afin d'affronter la reprise de l'épidémie de Covid-19.

Un deuxième confinement souvent moins contraignant que le premier, au printemps 2020, mais qui semble malgré tout avoir permis une accalmie. L'Irlande décide très tôt de contrer cette deuxième vague du nouveau coronavirus. Le pays annonce une première vague de restrictions le 14 octobre puis devient le premier à se reconfiner une semaine plus tard, le 21 octobre.

Depuis lors, la situation épidémique s'est nettement améliorée : l'Irlande avait atteint un pic épidémique le 18 octobre, avec 1.284 cas enregistrés. En une semaine, depuis le 23 novembre, le pays n'a plus franchi la barre des 300 infections. Les commerces ouvriront de nouveau le 1er décembre, puis les restaurants trois jours plus tard.

Des chiffres encourageants en France

La satisfaction est également de mise en France. Dès le 12 novembre, deux semaines seulement après le début du deuxième confinement, Jean Castex soulignait une "inflexion" dans l'augmentation des cas. Le 24 novembre, Emmanuel Macron considérait de son côté que le "confinement adapté" et le système de l'attestation avaient produits "de bons résultats".

À lire aussi

Quelques indicateurs permettent cet optimisme. Le 19 novembre, pour la première fois en près de trois semaines, le taux d'incidence en France est repassé en dessous de 250 contaminations pour 100.000 habitants. Après un pic à plus de 85.000 cas en 24 heures le 7 novembre, la France en a enregistré moins de 10.000 ce dimanche 29 novembre.

Près d'un tiers de cas en moins en Angleterre

En Angleterre, le territoire national tout entier est reconfiné le 5 novembre. Là encore, les indicateurs semblent montrer une réussite : avec la mise en place de ces restrictions, le nombre de cas pour 10.000 habitants a chuté de 30%, selon une étude commandée par le gouvernement et réalisée l'Imperial College.

Les résultats se font attendre en Allemagne

Rien ne semble cependant terminé. L'Allemagne, qui a imposé un confinement allégé début novembre, ne parvient pour l'instant pas à maintenir une baisse durable de son nombre de cas quotidiens, et a dépassé la barre du million d'infections ce vendredi 27 novembre. Devant le Parlement européen, la présidente de la Commission, Ursula Von Der Leyen, a appelé à "ne pas assouplir trop vite" malgré les quelques signaux positifs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/