2 min de lecture Santé

Alzheimer : un espoir venu des États-Unis, mais la prudence reste de mise

Aux États-Unis, un nouveau médicament, l'Aduhelm, vient d'être autorisé par les autorités sanitaires. Celui-ci est destiné aux personnes légèrement touchées par la maladie d'Alzheimer.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
Alzheimer : un espoir venu des États-Unis, mais la prudence reste de mise Crédit Image : Philippe LOPEZ / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Lionel Gendron édité par Charline Vergne

Revenons sur cet espoir en provenance des États-Unis, pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et leurs proches. En France, 1 200.000 personnes en sont touchées et il y a 200.000 nouveaux cas chaque année. Les autorités sanitaires américaines viennent d'autoriser un nouveau médicament, qui traiterait les causes de la maladie.

Pas encore les symptômes, donc, pour l'instant. Mais le principe de ce médicament, c'est de viser et d'attaquer la protéine qui détruit les tissus cérébraux. Rappelons que la maladie d'Alzheimer se traduit par des pertes de mémoire, de la confusion dans le temps et l'espace - notamment - et ce médicament permettrait de ralentir la détérioration des cellules cérébrales. Attention, personne ne dit que la parade absolue à la maladie d'Alzheimer a été trouvée. Mais ce pourrait être la meilleure arme pour la combattre et à termes la vaincre.

L'Aduhelm, c'est le nom de ce médicament, est administré par injection : une piqûre toutes les quatre semaines pendant 1 an. Comme souvent pour les nouveaux médicaments, il coûtera cher, environ 45.000 euros par an. Mais le fait qu'il soit autorisé par l'Agence du médicament permet a priori une prise en charge par les assurances de santé.

Le premier traitement approuvé depuis 2003

Un espoir, car la recherche pour la maladie d'Alzheimer était au point mort ces dernières années. Les régulateurs américains précisent qu'il s'agit du premier traitement approuvé depuis 2003. Ces dernières années, parler d'Alzheimer c'était parler de fatalisme ; aucun espoir, c'est terrible.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : l'immunité pourrait durer plusieurs années chez les personnes déjà infectées

Précisons toutefois que le médicament ne concerne pas tous les malades, mais les personnes les plus légèrement atteintes, ce qui signifie qu'il s'agit de traiter la maladie. Ce n'est pas un médicament pour s'en prémunir, il faut rester prudents dans ces études. Aux États-Unis, environ un tiers des 6 millions d'Américains seraient éligibles. Et pour les proches de malades, cette autorisation est une bonne nouvelle. Ils comptent aussi sur un effet d'entraînement et de stimulation pour la recherche. En fait, parmi les arguments énoncés, il n'est pas impossible que le laboratoire Biogen, qui développe les médicaments, aurait arrêté ses essais, s'il n'y avait pas eu d'autorisation.

Les essais scientifiques vont se poursuivre

Une autorisation qui fait débat aux États-Unis ; certains scientifiques s'y opposent. Les autorités sanitaires le reconnaissent, l'efficacité est encore incertaine. Il y a eu un essai clinique plutôt positif, un autre sans effet, ce n'est donc pas une approbation définitive. Un feu orange, en quelque sorte, mais pas un feu vert. Mais les effets positifs sont suffisamment significatifs et les risques - notamment les effets secondaires - suffisamment minimes, pour lancer l'autorisation.

En revanche, les essais vont continuer. On aura donc d'autres résultats à grande échelle. Et si le médicament est jugé inefficace, il sera retiré. L'argument des opposants est de dire que les données sont insuffisantes, que les scientifiques n'ont pas à prendre de pari, et surtout qu'abaisser le degré d'exigence et de certitude avant d'autoriser un médicament est un précédent dangereux. Mais les associations qui s'occupent des malades réagissent positivement en disant qu'il faut bien tenter quelque chose.

Il n'y a pas d'information, encore, concernant une autorisation en France. Cela passera par l'Agence européenne du médicament. Si elle doit avoir lieu, cette annonce américaine pourrait accélérer une prise de décisions, quelle qu'elle soit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé États-Unis Médicaments
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants