2 min de lecture LGBT

Allemagne : une loi pour interdire les "thérapies de conversion" pour homosexuels

Ce projet de loi, présenté mercredi 18 décembre, interdira les "thérapies de conversion" qui visent à changer l'orientation sexuelle des homosexuels. Les promoteurs de ces traitements risqueront jusqu'à un an de prison.

Le drapeau arc-en-ciel est le symbole de la communauté LGBTQ+
Le drapeau arc-en-ciel est le symbole de la communauté LGBTQ+ Crédit : iStock / Getty Images Plus
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Une loi pour interdire les "thérapies de conversion", c'est le souhait du gouvernement allemand qui veut en finir avec ces méthodes jugées homophobes et "malsaines", assure le ministre de la Santé Jens Spahn. Ce projet de loi, présenté mercredi 18 décembre, interdira les "thérapies de conversion" dont l'objectif est de changer l'orientation sexuelle des homosexuels. Les promoteurs de ces prétendus traitements risqueront jusqu'à un an de prison.

Le texte, qui impose également de fortes amendes - jusqu'à 30.000 euros - doit encore obtenir l'aval du Parlement avant une entrée en vigueur prévue mi-2020. La loi interdira également toute promotion dans l'espace public et privé de ces traitements contraignants.

"L'homosexualité n'est pas une maladie. Par conséquent, le terme +thérapie+ est trompeur. Nous voulons interdire autant que possible les thérapies dites de conversion. Là où elles sont effectuées, il y a souvent de graves souffrances physiques et mentales", a affirmé le ministre de la Santé Jens Spahn.

Les parents et les tuteurs également sanctionnés

Les professionnels qui proposent de telles "thérapies" pourront être sanctionnés, comme les parents ou les tuteurs légaux pour "violation flagrante du devoir de diligence et d'éducation". "Cette prétendue thérapie rend malade et est malsaine. Et une interdiction est aussi un signal social important pour tous ceux qui ont des difficultés à assumer leur homosexualité: tu es très bien comme tu es", a ajouté le ministre de la Santé, lui-même ouvertement homosexuel.

À lire aussi
Le drapeau arc-en-ciel est le symbole de la communauté LGBTQ+ LGBT
Costa Rica : le mariage gay légalisé, une première en Amérique centrale

En Allemagne, ces pseudo-thérapies, principalement proposées dans les milieux religieux radicaux, concernent près de 1.000 personnes par an, selon la fondation Magnus-Hirschfeld qui se consacre aux droits des personnes LGBT.

Un fléau aux États-Unis

Ces soi-disant traitements sont bien plus répandus aux États-Unis, où on estime à 700.000 le nombre de victimes, d'après une étude. Ces thérapies manipulent, bien souvent contre leur gré, des adolescents homosexuels ou transgenres. 

Leurs méthodes pour "guérir": des injections massives de testostérone, des techniques pour induire une aversion, voire même des électrochocs en diffusant, devant le sujet, des images d'actes homosexuels.

Bientôt interdites en France ?

En France, une mission d'information parlementaire a préconisé début décembre que ces "thérapies de conversion" fassent l'objet d'un délit spécifique dans le Code pénal. En 2013, l'Association médicale mondiale a condamné ces thérapies dites de conversion comme étant des violations des droits de l'Homme, les jugeant incompatibles avec l'éthique de l'action médicale

Aucune étude connue ne permet de conclure que l'orientation sexuelle peut être modifiée de façon permanente. Cependant, il a été scientifiquement prouvé que de telles "thérapies" pouvaient amener à la dépression, des troubles anxieux, la perte de sensations sexuelles et un risque accru de suicide.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
LGBT Homophobie International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants