3 min de lecture Société

Les "thérapies de conversion" pour "guérir" les homosexuels bientôt interdites ?

ÉCLAIRAGE - Les députés ont créé une mission d'information sur ces thérapies de conversion qui prétendent rendre les homosexuels hétérosexuels. Une proposition de loi devrait les interdire bientôt.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Thérapies de conversion" pour "guérir" les homosexuels : qu'est-ce que c'est ? Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Micro RTL générique
Marie Moley édité par Paul Turban

On ne peut pas parler d'un phénomène de masse en France, mais cela existe. Le sujet devient politique, puisque des députés ont décidé de créer une mission d'information sur les "thérapies de conversion". Ce sont des stages qui prétendent rendre hétérosexuelles des personnes homosexuelles. Une proposition de loi pourrait les interdire bientôt. Pour l'instant en Europe, seule Malte a légiféré sur le sujet.

Junior en a fait les frais. Il a annoncé à ses 18 ans à sa mère qu'il est homosexuel. Quelque jours plus tard, elle lui propose d'aller à Lyon, rencontré un "thérapeute". "Je suis arrivé à Lyon, il est venu me chercher. Il avait une djellaba. Ma mère m'en a parlé comme d'un thérapeute, mais il avait tout d'un imam. Il m'a dit de me coucher par terre, avec un casque sur les oreilles. Et les yeux fermés, il m'a fait écouter des sons de nature et il m'a jeté de l'eau quand il y avait de la pluie, mis le ventilateur quand il y avait du vent".

Après cela, le "thérapeute" a passé au crible l'intimité de Junior. "Il m'a posé des questions très intimes. Est-ce que tu as déjà eu des relations sexuelles ? Combien de fois ? Comment est-ce que ça s'est passé ? Qu'est-ce que vous faisiez ? Après quoi, il m'a dit qu'il y avait un démon en moi. Et il a essayé de me dégoûter des relations homosexuelles".

"Il m'a dit : 'C'est dégueulasse. Par derrière, c'est là où on fait caca' et des trucs comme ça, explique Junior. Avant de me donner des exercices à faire, comme ne plus traîner avec des filles, rester avec des garçons ni efféminés, ni gays, de faire du cheval car le cheval est le seul animal d'après lui qui n'a pas de relations homosexuelles".

Des organismes variés, mais des thérapies semblables

À lire aussi
Une manifestation contre les féminicides a eu lieu à Paris, le samedi 6 juillet 2019 société
Journée contre les violences faites aux femmes : pourquoi se déroule-t-elle le 25 novembre ?

Ce récit n'est pas un cas isolé. Les associations LGBTQI+ en reçoivent occasionnellement. Ces thérapies se passent dans une certaine clandestinité, en tête à tête avec un prêtre, un pasteur, un imam ou même dans le secret d'un cabinet médical. 

Mais selon Frédéric Gal, directeur de l'association Le Refuge, toutes ces thérapies répondent à des critères communs. "On induit une notion de culpabilité chez la personne qui subit la thérapie, explique-t-il. En plus de dire que ce n'est pas bien, on dit que la pulsion d'homosexualité est de 'ta faute donc c'est toi qui dois la maîtriser', soit pour aller vers l'élément hétérosexuel, soit pour refréner tes envies."

Vers une interdiction ?

Il n'existe aujourd'hui aucun chiffre officiel, notamment parce que rien dans la loi n'interdit ces thérapies. La députée de La République en Marche Laurence Vanceunebrock-Mialon veut donc légiférer. "Ce qui est difficile est que justement la qualification de cette infraction n'existe pas", souligne-t-elle.

"Les gens se proposent de faire ce genre de chose alors qu'elles n'ont aucun effet, argumente l'élue élaverine, et bien au contraire, elles sont néfastes. Elles finissent par enfermer sur elles-mêmes les jeunes victimes qui sombrent dans la dépression." La députée souhaite dissoudre les associations qui pratiquent ces thérapies. 

Un manque d'outils juridiques pour sanctionner

Certaines associations religieuses sont déjà dans le viseur de la députée. C'est le cas de "l'apostolat catholique Courage qui propose un parcours pour les homosexuels inspirés des alcooliques anonymes peut on lire sur son site. Pour le père accompagnateur Louis-Marie Guitton, aucune volonté de soigner, plutôt une méthode pour rester chaste

"Courage est simplement un apostolat où des personnes homosexuelles se réunissent dans des groupes de partage pour échanger, pour prier, pour se soutenir mutuellement, selon le prêtre. Ce sont des adultes qui viennent librement. Il n'est jamais question de thérapie de conversion dans l'Évangile. Par contre, on va trouver plusieurs passages qui condamnent avec des paroles assez brutales le comportement homosexuel." 

Il existe une zone grise entre un accompagnement spirituel, une invitation à l'abstinence et une thérapie de conversion. C'est en tout cas un sujet que surveille le gouvernement la Miviludes, chargée des dérives sectaires. Mais aujourd'hui, il manque des outils juridiques pour enquêter et sanctionner. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Homosexualité Homosexuels
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants