3 min de lecture Économie

Sur la Côte d'Azur, le tourisme de luxe en crise

REPORTAGE - Cet été, la saison est plus que compliquée sur la Côte d'Azur : la faute aux touristes étrangers qui ne sont pas au rendez-vous.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Sur la Côte d'Azur, le tourisme de luxe en crise Crédit Image : JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Morad Djabari
édité par Aude Solente

Cet été, les touristes ne sont pas au rendez-vous sur la Côte d'Azur. D'autant plus que les touristes étrangers sont absents, or ils représentent normalement 63% des estivants. Américains, Russes, Qataris... des touristes à fort pouvoir d'achat qui absents sont synonymes de crise économique sans précédent pour le secteur du luxe.  

Sur le Rocher à Monaco, les yachts sont à quai depuis quatre mois. "C'est du jamais vu" explique Gabriel, "et c'est même du jamais imaginable. On a 90% de la flotte de bateaux qui est à quai et à peu près 100% des équipages qui sont au chômage partiel. On devrait être au pic du pic de la saison et en fait, on est en réalité, au creux du creux de la saison. C'est-à-dire que là on a atteint à un niveau d'inactivité qui correspond pour nous à un mois d'hiver en pleine tempête". 

Gabriel loue une quarantaine de yachts sur la Côte d'Azur à de très riches plaisanciers parmi les plus fortunés de Russie, d'Arabie Saoudite, du Qatar, d'Angleterre, de Etats-Unis...  99% de la clientèle de Gabriel est étrangère mais avec la crise sanitaire ajoutée au blocage des frontières, les temps sont durs. "Mars zéro, avril zéro, mai zéro, juin moins 90%, juillet moins 80%. Perte totale sur l'ensemble des quatre mois cumulés : 1 million d'euros". C'est une filière à l'arrêt et en danger

"En terme d'emplois directs et indirects, sur un bateau vous avez à peu près 20 membres d'équipage, donc quand vous avez 20 bateaux en gestion ça fait 400 personnes qui attendent du travail. Tout dépend de notre capacité à gérer l'atterrissage, quels coûts on va pouvoir éviter et les licenciements qu'on va devoir mettre en place". Gabriel n'aura d'autre choix cet hiver que d'envisager de se séparer de 200 salariés. C'est tout un écosystème qui est impacté par le manque de touristes étrangers.  

L'hôtellerie, tout aussi impactée

À lire aussi
Agnès Pannier-Runacher, le 20 septembre 2020 industrie
Nationalisation des entreprises : pas "la réponse à tout" dit Agnès Pannier-Runacher

Les bords de Nice, Cannes et Antibes ont enregistré une baisse de 15 millions d'euros de chiffres d'affaires en à peine quelques semaines. Mais il y aussi l'hôtellerie qui est impactée par le manque de touristes étrangers fortunés. Les hôtels à trois ou quatre étoiles, notamment à Nice, sont quasiment déserts. D’habitude ils sont complets à cette période, aujourd'hui ils sont occupés à 40%

Stéphane Dartois est directeur du Méridien, face à la mer, sur la Promenade des Anglais "c'est une saison compliquée. Pas de présence des clients américains, russes, aucun client du Moyen Orient, pas de clients asiatiques je pense que c'est du jamais vu. La Côte d'Azur à 40% de taux d'occupation c'est quelque chose quoi n'est jamais arrivé même quand il y a eu, malheureusement, les attentats à Nice il y a quelques années. Nice a souffert, mais pas à l'échelle de ce que l'on connait maintenant". 

Certains hôtels, comme le Negresco, ont trouvé la bonne idée pour avoir quelques clients supplémentaires : proposer des chambres à 30% moins chères pour tous les Niçois et les Azuréens.

Certains tirent leur épingle du jeu

Enfin comme toujours, quelques rares chanceux ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Pascal par exemple est "très satisfait de la saison. Par rapport à l'exercice précédent on fait à peu près 150% de volume en plus". 

Pascal est patron d'une petite PME de location de voitures de luxe et la fermeture des frontières de certains pays européens est une aubaine. "Les loueurs étrangers qui sont normalement présents, ici, sur la Côte d'Azur, ne sont pas venus et les loueurs traditionnels comme Hertz, Avis... n'ont pas des parcs de voitures de prestige et le terminal 1 de l'aéroport de Nice étant fermé, ils n'ont pas fait descendre beaucoup de véhicules pour les aéroports. Il y a vraiment une pénurie de voitures, donc c'est vraiment satisfaisant à mon niveau".

Mais Pascal est une exception. Certains estiment que plus de 30% des entreprises affectées ne rouvriront pas l'été prochain, et autant seront en très grande difficulté

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Luxe Alpes-Maritimes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants