2 min de lecture Coronavirus

Plan de relance économique : une solution réellement rentable ?

ÉDITO - Ce jeudi 3 septembre, Jean Castex va annoncer les contours du plan de relance pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire dans le futur. Sur les cinquante dernières années, plusieurs exemples montrent qu'ils n'ont pas toujours profité à l'économie nationale.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Plan de relance économique : une solution réellement rentable ? Crédit Image : GONZALO FUENTES / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Quentin Marchal

C'est une des annonces les plus attendues de la rentrée. Le Premier ministre Jean Castex va détailler ce jeudi 3 septembre sur RTL son plan de relance économique, d’un montant de 100 milliards d’euros sur deux ans. Il est légitime de se demander en quoi consiste cette solution.

Il faut d’abord rappeler qu’un plan de relance, c’est de la dépense publique, en principe des aides aux ménages, à la construction, à la rénovation énergétique. C’est une sorte de substitut à la consommation des ménages et à l’investissement des entreprises, dans l’espoir d’amorcer la reprise économique. Après quoi, en principe, la croissance s’auto-entretient. 

On parle aussi de stimulus, c’est à dire de déclencheur. C’est comme dans les moteurs d’autrefois, lorsqu'on était obligé de mettre le starter pour faire démarrer une voiture pendant l’hiver, en apportant un supplément de carburant. Cela, c'est la théorie car dans la pratique, on ne peut pas dire que le bilan des relances françaises depuis un demi-siècle soit brillant.

Les exemples de 1975 et 1981 ont profité aux entreprises étrangères

Lors de la relance de Jacques Chirac, en 1975, après le choc pétrolier ou encore, celle de 1981, de Pierre Mauroy, on a donné du pouvoir d’achat aux ménages, en augmentant les salaires, les retraites ou les allocations familiales, dans l’espoir de stimuler la consommation. Les ménages ont alors beaucoup dépensé, mais en se tournant vers des biens de consommations faits à l’étranger

À lire aussi
Un golden retriever (illustration) Coronavirus États-Unis
Aux États-Unis, un hôpital recrute un chien pour réconforter les soignants

La relance profitait alors autant aux industriels allemands que français, tout en étant financée par le contribuable français. À chaque plan de relance de la France, Volkswagen sablait le champagne, parce qu’il savait qu’il allait nous vendre davantage de voitures. En fait, la production française n’était pas au niveau, ou pas suffisante, pour absorber le surcroît de demande.

Cette fois-ci, la philosophie est très différente. Au lieu de soutenir la demande, comme avant, on renforce l’offre et les entreprises qui produisent justement. Par exemple avec des baisses d’impôt pour les entreprises ou bien avec des aides à la modernisation, à la transition écologique, de façon à transformer, moderniser l'appareil de production français, pour le mettre au niveau. 

L'État a absorbé le choc de la crise économique

Lors de cette crise sanitaire, la demande a déjà été largement soutenue, par toutes les aides mises en place. L'INSEE vient de publier des chiffres éclairants puisqu'au deuxième trimestre, le PIB français a chuté de près de 14% par rapport au trimestre précédent alors que les revenus des ménages, eux, qui auraient dû suivre la courbe de l'activité si rien n'avait été fait, n'ont baissé que de 2,3%. 

Cela s'explique par la très forte croissance des prestations socialeschômage partiel notamment, qui a compensé les revenus. En fait, le choc de la crise a été absorbé principalement par l'État et les entreprises, et non par les ménages, sauf parmi les travailleurs précaires.

Les effets de cette relance sont un traitement de fond, plus durable, mais qui met davantage de temps. C'est un plan qui devrait produire des effets progressifs sur les deux années qui viennent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Relance économique Jean Castex
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants