1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les infos de 18h - Fraude au chômage partiel : l'inspection du travail traque les restaurateurs
2 min de lecture

Les infos de 18h - Fraude au chômage partiel : l'inspection du travail traque les restaurateurs

L'inspection du travail se penche sur une fraude massive dans le secteur de la restauration : des patrons qui continuent de payer leurs salariés avec l'argent des aides de l'État.

Une femme portant un masque, devant un restaurant fermé pendant le confinement.
Une femme portant un masque, devant un restaurant fermé pendant le confinement.
Crédit : THOMAS COEX / AFP
L'inspection du travail s'attaque aux fraudes au chômage partiel chez les restaurateurs
15:48
Le journal RTL de 18h du 25 juin 2021
15:48
Gautier Delhon-Bugard - édité par Nicolas Barreiro

Depuis le début du déconfinement, l'inspection du travail ne cesse de traquer les fraudeurs. Certains patrons de bars ou de restaurants, malgré les réouvertures, continuent à payer leurs employés avec l'argent de l'État et les dispositifs de chômage partiel mis en place pendant des mois. 

Ce sont d'ailleurs essentiellement des salariés qui dénoncent les abus de leur patrons. Des serveurs, barman, ou encore des commis alertent en ce moment les syndicats, dont Arnaud Chemain de la CGT hôtellerie restauration. "L'employeur profite de l'activité partielle pour embaucher ses salariés gratuitement. Une fraude qu'on a constatée de façon massive vu le nombre de témoignages qu'on a reçus tous les mois. Le salarié est amputé d'une bonne partie de sa rémunération. Le salaire médian est de 1.300 euros donc quand on l'ampute de 300 euros, ça devient vraiment critique".

Il reste cependant difficile de limiter la fraude pour les inspecteurs du travail. "Le gouvernement a choisi de mettre en place un système qui n'exige aucun justificatif des employeurs. Les documents d'identité, les fiches de leurs salariés… C'est complètement open bar", décrit Simon Picou, l'un des représentants syndicaux de la profession. "Ce qu'on dénonce depuis des mois, c'est que l'État a ouvert un pot de confiture géant, l'a posé sur la table et puis tourne le dos. Ensuite on demande aux agents de contrôle d'aller débusquer les fraudes", ajoute-t-il.  

Le secteur de la restauration est très surveillé assure le ministère du Travail, qui rappelle les sanctions encourues : le travail dissimulé est punie de 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

À écouter également dans ce journal

À écouter aussi

Tour de France - Verra-t-on enfin un Français au sommet du podium à l'issue du Tour de France qui commence samedi. Ce n'est plus arrivé depuis Bernard Hinault en 1985, une éternité.

Coronavirus - Faut-il arrêter de rembourser systématiquement les tests PCR pour booster la campagne de vaccination ? L'académie de médecine constate que certains abusent de l'écouvillon. 

Affaire Valérie Bacot  - Jugée pour avoir assassiné son mari violent et proxénète, Valérie Bacot a été "une victime, très clairement" selon l'avocat général, qui requiert une condamnation de principe, sans réincarcération.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/