1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : pour éviter le chômage partiel, son patron le "prête" à une autre entreprise

Laurent est salarié à l'origine dans l'aéronautique dans le Lot-et-Garonne, et pour éviter le chômage partiel, son employeur l'a prêté à une entreprise qui produit de la confiture.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : pour éviter le chômage partiel, son patron le "prête" à une autre entreprise Crédit Image : AFP | Crédit Média : Denis Granjou / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Denis Granjou édité par Sarah Belien

Cette pandémie que nous vivons depuis un an aura au moins montré des capacités d'adaptation insoupçonnées. Les entreprises ont parfois dû prendre des décisions qu'on n'aurait jamais imaginées. Laurent est salarié à l'origine dans l'aéronautique dans le Lot-et-Garonne. Et pour éviter de le mettre au chômage partiel, son employeur l'a "prêté", comme un joueur de foot, à une entreprise, qui produit de la confiture.

Dans son entreprise à Marmande, Laurent fabriquait des pièces d'avion et il n'imaginait pas une seconde porter une charlotte devant des chaudrons à confiture. "Ça n'a absolument rien à voir. C'est juste la recette qui change et le goût, plaisante Laurent. Je pensais pas rester très honnêtement". Au fil des semaines, il a trouvé se place. "Je fais de l'analyse et du développement afin d'améliorer les systèmes de processus", explique le salarié.

En clair, il permet à sa nouvelle entreprise d'économiser de l'argent. "Il apporte du sang neuf à l'usine, une autre façon de voir les choses", admet Lucien Georgelin, patron de l'usine de fabrication de confiture. "Au départ, je me suis demandé ce qu'il pouvait apporter chez nous. Et finalement il apporte de nouvelles choses. Il échange avec ses camarades, il sent qu'il apporte quelque chose à l'entreprise, il sent qu'il est considéré pour son travail. Je crois que c'est que du bonheur pour lui", affirme le patron.

Le contrat de Laurent se termine à la mi-mars. Mais Lucien Georgelin et son équipe devraient lui proposer une prolongation de plusieurs mois. Le principe donc, le nouveau patron paye le salaire et les charges à l'entreprise "prêteuse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Chômage Emploi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants